Odinn, le Père de toutes choses

J’aurais pu commencer par ce dieu dans mon traitement du panthéon nordique (et du panthéon germanique, les deux ayant de nombreuses divinités en commun), puisqu’on le considère comme le « roi » des dieux, à l’image de Zeus / Jupiter, avec qui il serait facile de le comparer. Bien trop facile, pour dire vrai… 

Bien que les populations scandinaves lui préféraient Thor, probablement par crainte des pouvoir du plus important des Ases. La figure centrale qui avait la sagesse pour diriger les autres. Vous l’aurez compris, aujourd’hui, nous allons plonger dans le mythe d’Odinn, le Père de toutes choses.

Illustration en noir et blanc du dieu nordique Odin sur son trône, flanqué de ses deux loups, Geri et Freki, et de ses deux corbeaux, Huginn et Muninn, et tenant sa lance Gungnir.
Odin sur son trône – par Ludwig Pietsch, illustration présentée dans un manuel de mythologie d’Alexander Murray, publié en 1874

Les cultures nordiques se transmettaient oralement, et la majorité des écrits qui nous sont parvenus viennent d’Islande et datent des XIIe et XIIIe siècles (avec notamment Snorri Sturluson et ses Eddas), à l’époque où l’île se faisait chrétienne. Aussi, de nombreuses légendes sont à jamais perdues, et ce qui nous est parvenu a été influencé, modifié, par l’Eglise qui tenta de tourner en ridicule certains mythes pour effacer ces divinités des traditions des peuples conquis…

Le Père de Tout ce qui est

Odinn est le fils du géant Burr et de la géante Bestla, et il a pour frères Vili et Vé, avec qui il forme un tout. Comme d’autres, il est décrit par Snorri, dans son Edda, dans le Gylfaginning :

« Odinn est le premier et le plus ancien des Ases ; il règne sur toutes choses, et, bien que les autres dieux soient puissants, ils le servent tous comme les enfants servent leur père.« 

Afin d’obtenir le don de clairvoyance et pour obtenir la sagesse émanant de la tête de Mimir, Odinn sacrifia son œil droit à la source Mimisbrunn, avant de se pendre par un pied à une branche d’Yggdrasill, blessé mortellement par sa propre lance, pour y rester neuf jours et neufs nuits sans manger ni boire. C’est suite à cela qu’il pu connaître les secrets des Runes qu’il put ensuite transmettre aux autres êtres conscients, dont les humains. Odinn est souvent représenté comme un vieillard vêtu d’un long manteau bleu comme la nuit, coiffé d’un large chapeau noir cachant son œil manquant, et arborant une longue barbe grise. 

Le culte d’Odinn est attesté (par l’archéologie, la toponymie et les gravures rupestres) depuis l’âge du bronze, et son image ainsi que ses attributions n’ont cessé d’évoluer à mesure que ses identités s’élargissaient. Pourtant, aussi ancien et important fut-il, et bien qu’il est celui qui accueille une partie des morts au combat au Valhalla, Odinn restait moins apprécié des nordiques que son fils Thor, avec qui il était régulièrement en conflit, comme on peut le lire dans le Hárbardsljód, le Lai de Hárbardr, « Barbe Grise », une identité de vagabond de Odinn (qu’on peut d’ailleurs voir dans la série Vikings).

Les noms d’Odinn

Odinn a BEAUCOUP de noms, bien trop pour tous les lister ici (mais si la curiosité vous titille, vous pouvez en trouver la liste ici). Snorri en donne quelques uns : Aldaföðr (parce qu’il est le père de tous les dieux) bet Valföðr (parce que tous ceux tombés au combat sont ses enfants adoptifs), mais il est aussi appelé Hár (le Très haut), Thridi (le Tiers, ou le Troisième), Hrafnagud (le Dieux aux Corbeaux), Yggr (la Terreur), Grimnir (le Masqué), Farmatyr (littéralement le dieu des cargaison, faisant de lui un dieu du commerce), et bien d’autres noms qu’il s’est donné lors de ses voyages, pour rester incognito… Toujours dans le Gylfaginning, il est dit que s’il porte autant de nom c’est parce « qu’il y a dans ce monde tant de langues différentes que tous les peuples doivent pouvoir adapter son nom à leur propre langage pour l’invoquer et le prier« .

Côté germanique, c’est sous le nom de Wotan qu’il est connu, ou encore Wodan. Associé par les Romains, comme le rapporte Tacite, à Mercure, il est associé au mercredi, qui dans les langues germaniques et anglo-saxones portent le nom d’Odin (wednesday en anglais, woensdag en néerlandais, onsdag en danois, norvégien et suédois). 

Certains récits le nomment aussi Odr, qui est aussi le nom de l’époux de Freyja, si bien que selon certaines sources Freyja aurait été l’épouse d’Odinn (on voit d’ailleurs cette légende mise en scène dans le jeu God of War se déroulant dans l’univers nordique). De ce fait, Freyja est parfois vue comme une facette de Frigg, une des épouses d’Odinn (oui, il en a eu un certains nombre, peut être est-ce là aussi qu’on pense à Zeus comme comparaison…), avec qui il a eu Baldr (entre autres descendants, eux aussi nombreux).

Attributs & attributions d’Odinn

Les pouvoirs d’Odinn

Tout comme ses noms, ils sont multiples, et ils vont de paires avec ses différentes attributions…

Sa position de Père de tout le place en Dieu Suprême, celui qui siège au Valhalla et dirige les autres divinités. Par son sacrifice, il a acquit la sagesse et en use, mais il est aussi très connu pour ses actes plutôt malveillants, pour lesquelles il se montre fourbe, et ruse par ses nombreux déguisements et son don de métamorphose. Sans doute est-ce aussi cela qui le rend moins attrayant que Thor au sein des cultes nordiques… Mais cette ruse et cette fourberie font de lui un fin stratège, et donc un dieu de la victoire : on dit d’ailleurs qu’il peut décider de l’issue d’une bataille voire d’une guerre en pointant le camp qu’il veut voir gagner de sa lance. Il est donc plutôt de bon augure d’avoir Odinn de son côté… 

Dieux des guerriers sans pour autant être un dieu martial (il ne combat que rarement lui-même), il est aussi celui de la magie (le Seidhr, appris de Freyja, et dont la pratique lui attirera les moqueries de Loki, car cet art serait réservé aux femmes) et des Runes, et donc le Dieu du Galdr, la magie incantatoire à base des Runes. On le voit aussi, en lien à tout cela, comme le dieu de la Parole (d’où son lien avec la Rune Ansuz qui lui est dédiée), car les mots ont un grand pouvoir. Mais les mots ont aussi leur beauté, et Odinn est aussi connu comme le dieu de la Poésie (qu’il aurait, dit-on, volée aux nains).

Il est aussi le dieu de la clairvoyance et de la divination : il sait notamment, comme d’autres, quand et comment il va mourir (dévoré par le loup Fenrir, fils de Loki, lors du Ragnarok), de même qu’il était au courant pour la mort de son fils Baldr. 

Il est aussi le dieu des vents, et à leur image il est colérique et destructeur, mais également voyageur… Et comme Mercure / Hermès, il est aussi un dieu du commerce ET de la mort. Il possède même quelques aspect de dieu de la fertilité, car si on le place en Dieu Triple avec ses frères, il a fabriqué Midgard à partir du corps du géant Ymir, qu’ils avaient tué, puis ils donnèrent vie au premier homme et à la première femme, respectivement avec une branche de frêne et une branche d’orme (d’où leurs noms : Ask et Embla), ou même avec les arbres entiers selon les sources.

Enfin, on le dit, malgré tout, généreux, et il offrirait des cadeaux aux enfants lors des fêtes de Yule… ou les punissait si cela était nécessaire. Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ?

Les trésors d’Odinn

Comme la plupart des divinités importantes du panthéon nordique, Odinn possède son domaine personnel. Et non, ce n’est pas le Valhalla (qui est littéralement la Halle des tombés au combat, ceux qui ont été désignés par Odinn et recueillis par les Valkyries) : il s’agit d’une tour d’argent nommée Valaskjálf, où se trouve son trône Hlidskjalf depuis lequel il peut voir dans tous les Mondes.

Dans le Skáldskaparmál, on apprend que suite à une sorte de concours entre les nains, des cadeaux furent donnés à certains dieux dont Odinn : il obtint la lance Gungnir, qui déchire le ciel telle la foudre et ne rate jamais sa cible, et qui peut aussi guérir les blessures, et un bracelet d’or nommé Draupnir (parfois décrit plutôt comme un anneau), qui produit huit répliques de lui-même toutes les neufs nuits. Odinn se sépara de Draupnir aux funérailles de Baldr, en le plaçant sur le bûcher.

Odinn possède aussi le chaudron Œdhrerir (« celui qui excite l’esprit ») et les cuves Bodn (« récipient ») et Son (« sang ») qui contiennent l’hydromel sacré qui rend poète tout en procurant la puissance. Mais ce sont surtout les animaux qui l’accompagnent qui sont les plus notables : les corbeaux Huginn (la pensée) et Muninn (la mémoire) survolent les Mondes chaque jour pour raconter chaque soir à Odinn tout ce qu’il s’y déroule, les loups protecteurs Freki et Geri, à qui Odinn donne toujours sa viande aux repas dans le Valhalla car lui ne se « nourrit » que de vin, et Sleipnir, le cheval à huit patte, enfant de Loki, qu’Odinn chevauche accompagné des Einherjar, les valeureux morts au combat, des Valkyries, et d’animaux et d’autres morts humains, au sein de la Chasse Sauvage (non, pas la même que dans The Witcher 3) aussi nommée la Chevauchée d’Asgard. Odinn chevauche aussi Sleipnir lors de ses voyages, car il peut aller partout à travers la terre, le ciel, les montagnes, les océans et même dans les abysses de la mer. De ses sabots, on dit que jaillit de la poussière d’étoile…

Page enluminée représentant Odin chevauchant son cheval à huit pattes, Sleipnir, tout en tenant sa lance enchantée Gungnir.
Odin chevauchant Sleipnir – page du manuscrit islandais du 18ème siècle côté NKS 1867 4to, conservé à la Bibliothèque Royale Danoise.

Correspondances magiques liées à Odinn

Lorsqu’on parle de pratique magique, on en vient toujours aux correspondances, c’est à dire aux liens entre les divinités, plantes, pierres, couleurs,… qui peuvent nous servir à monter un rituel de manière harmonieuse. Odinn n’y fait pas exception et voici donc une liste (non exhaustive) de ce qui lui est lié :

  • Signe du Zodiaque : Gémeaux, Vierge
  • Planète / astre : Mercure, Mars
  • Fêtes païennes : Yule, Ostara, Beltaine, Lughnasadh
  • Jour : Mercredi
  • Runes : Ansuz, Gebo, Wunjo, Eihwaz, Ehwaz, Othalaz
  • Élément : Air
  • Nombre : 3 & 9
  • Couleurs : bleu foncé, noir
  • Plantes : céréales (orge), gui, champignons
  • Arbres : if, frêne, hêtre, chêne, cèdre, orme, tilleul
  • Animaux : corbeau, loup, chien, aigle, cheval
  • Intentions : Autorité, bataille/guerre, capacités psychiques, chance, charité, clairvoyance, connaissance, contrôle, courage, créativité, divination, endurance, esprit/mental, force, inspiration, intelligence, justice, leadership, les sens (contrôle), lier, magie (en général & runique), mort, peur, pouvoir, prophétie, quêtes, richesse, ruse, sagesse, sexualité, spiritualité, transformation, travail chamanique, tromperie, visions, voyage.

Concernant les runes, pour les curieux·ses, voici ce que les runes liées à ce dieu symbolisent :

  • Ansuz  a  : c’est la rune de la Force, du son, de l’expression, de la respiration, de la communication, mais c’est aussi l’envol vers la liberté (Air)
  • Gebo  g  : harmonie & union, échange, équilibre, rune de l’amour, rune du lien entre les hommes & entre les hommes et les dieux (Air)
  • Wunjo  w  : harmonie après le don, joie, plaisir et bonheur, bannière sous laquelle on se rallie, appel à se rassembler (Air)
  • Eihwaz  ï,ei : rune de la vie et de la mort, de l’if, de l’immortalité, importante rune chamanique reliant ce qui paraît désuni, elle sert aussi à enchaîner par la douleur (Feu)
  • Ehwaz  e  : dualité, alternance, mouvement, symbolise le voyage chamanique, la divination (Air)
  • Othalaz  o  : l’héritage ancestral, la fin du parcours initiatique, la tradition, la protection & la transmission du patrimoine, les travaux magiques (Terre)

Loki n’est donc pas le seul dieu changeant, car Odinn sait se montrer tout à la fois généreux ou cruel, franc ou fourbe, lumineux ou sombre. Inquiétant et redoutable, il est toutefois un guide de choix pour qui emprunte la Voie des Runes. 

Je vous laisse sur ces mots et je vous donne rendez-vous dans deux semaines, pour un article un peu spécial et très personnel : j’y parlerais des « sorcières vertes », dont je suis la tradition, mais ce sera aussi l’occasion de fêter les 2 ans de la Tanière de Mélusine ! Et oui, déjà… Il y aura peut être un petit concours de prévu, alors ne ratez pas mon prochain article !

Prenez soin de vous et que Mélusine vous garde…

Amélie la sorcière

Sources

  • « Galdarbók – La Voie des 24 Runes » de Galdar Sechador
  • « L’Edda poétique », Régis Boyer
  • « La mythologie viking », Neil Gaiman
  • « Le grand livre de correspondances », Sandra Kynes
  • Le site Histoire du monde
  • Article Wikipédia consacré à Odinn (et liens associés)
  • Ainsi que mes connaissances non-sourcées et mes expériences personnelles
Fav & Follow si vous avez aimé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.