Récoltons à Lughnasadh

Avertissement : Pour tout ce qui concerne Lughnasadh et les autres grandes fêtes sorcières, je parlerais de "fêtes païennes", de "fêtes saisonnières" ou de "célébrations magiques",… mais JAMAIS de "sabbat". La raison est toute simple : le terme sabbat est lié à la culture juive, et l’utiliser pour des célébrations spirituelles n’ayant aucun lien avec le judaïsme (surtout quand on n’est pas soi-même juif·ve), c’est ce qu’on appelle de l’appropriation culturelle. Et sur mon site je m’efforce de ne pas m’adonner à cela, par respect pour les autres cultures et spiritualités.

Aujourd’hui, j’achève le cycle des présentations générales des célébrations païennes, avec celle qui est la première des trois fêtes des récoltes (les deux autres étant Mabon et Samhain).

Souvent négligée, cette fête est pourtant chargée d’une très belle symbolique et d’une valeur qui semble faire défaut à notre société capitaliste et individualiste : le partage. Aujourd’hui donc, il est plus que temps : récoltons à Lughnasadh les graines de la paix.

Champ de blé en gros plan avec ciel crépusculaire en fond.
Champ de blé au crépuscule – par Pezibear sur Pixabay

Aux origines…

D’origine celte, Lughnasadh (qui s’écrit aussi Lughnasad, Lugnasad, ou même Lúnasa, et se prononce dans tous les cas « lounassa »), qui est aussi le mot irlandais pour le mois d’Août, appelée aussi Lammas du côté anglosaxon (nom venant de « hlaf-mas » ou « loaf-mass » dans la version moderne, la « fête du pain« ), est la première des trois fêtes des récoltes, centrée sur les premières moissons. Et si pour nous, en Europe, elle marque le milieu de l’été, pour les celte c’était le début de l’automne. 

A l’origine, il s’agissait d’une célébration druidique, dédiée au dieu solaire Lugh (ou Lug), Lughnasadh signifiant « commémoration/assemblée de Lugh », le dieu se sacrifiant pour apporter l’abondance par les récoltes. C’est aussi la célébration de la mère adoptive de Lugh, Tailtiu, qui serait morte d’épuisement après avoir transformé des forêts en terres cultivables en Irlande. Durant cette fête, les richesses étaient redistribuées et tout le monde y participait, dans la paix, l’amitié et le partage.

C’était à l’époque un véritable festival, avec des jeux, des représentations, et aujourd’hui on en garde des traces puisque c’est partout en Europe la saison des foires médiévales.

Le moment de la fête…

Traditionnellement, on célèbre Lughnasadh le 1er Août, voire à partir de la nuit du 31 Juillet au 1erAoût. Mais si l’on se réfère à Lammas, la date serait alors repoussée au 5 Août. D’autres traditions utilise encore une date astrologique, et donc changeante, à savoir le moment où le Soleil se trouve au quinzième degré dans le signe du Lion (ce qui pour cette année placerait la fête le 7 Août 2021 à précisément 9h15).

Mais, à l’image des moissons qui ne se font pas en un seul jour, et des foires saisonnières qui souvent s’étalent sur deux jours ou plus, il est tout à fait possible de célébrer Lughnasadh sur plusieurs jours voire plusieurs semaines. Le principal est que cela fasse sens pour vous !

Tout un symbole…

La première moisson est le thème central de cette fête, avec l’idée du sacrifice et du partage. On célèbre les amitiés, la paix, l’abondance, la prospérité, sous toutes leurs formes.

Le thème des récoltes introduit aussi la récolte métaphorique : on récolte les fruits de tout ce que l’on a semé tout au long de l’année, en particulier de nos projets.

Mais l’idée de sacrifice induit aussi le cycle perpétuel de la vie (les graines qui poussent), de la mort (le fauchage des champs) et de la renaissance (la fabrication du pain). Et à Lughnasadh on célèbre aussi la mort, dans son aspect positif (de la mort naît la vie).

C’est enfin le signe du déclin du Soleil, et de l’arrivée de la période sombre, ce qui en fait une fête des lumières également.

Les divinités à l’œuvre…

Puisqu’on célèbre les récoltes et le soleil qui décline, il va de soi qu’on va mettre à l’honneur en premier lieu des dieux solaires, notamment ceux qui ont un aspect de père et/ou de sage. Mais aussi des divinités liées à la fertilité, aux cycles des saisons et à l’abondance agricole, et aux déesse mères.

Pour les déesses, nous trouverons donc sans surprise : Cérès, Déméter (déesses à la fois liées aux moissons et à la maternité), Freyja, Frigg, Inanna, Ishtar, Korê, Perséphone, Aine, Amaterasu, Anath, Ashérah, Coatlicue, Danu, Devi, Dôn, Gaia, Lakshmi, Maia, Modron, Pélé, Phoebé (déesse solaire), Rhéa, Tailtiu.

Pour les dieux, on retrouve : Lugh, Odin, Baldr (fils d’Odin, dieu de la lumière), Freyr, Agni, Amon, Bélénos, Byelobog, Dumuzi, Enki, Faunus, Geb, Hélios, Horus, Râ, Inari, Mars (qui en plus de la guerre est aussi un dieu de l’agriculture), Mithra, Pushan, Saturne, Shiva, Surya/Savitri, Vishnou.

A quoi correspond Lughnasadh ?

Dans toutes les pratiques de sorcellerie, il est de coutume de lier entre eux les éléments, les fêtes, les divinités, les couleurs, les aliments, les plantes, les intentions, les planètes, les pierres et cristaux,… Ces correspondances aident à choisir avec quoi on peut décorer la maison, l’autel, la table de fête, ou même quels vêtements porter ou quels aliments manger pour être en harmonie avec les énergies du moment.

Pour Lughnasadh, nous avons donc les correspondances suivantes :

  • Couleurs – brun rougeâtre, doré, jaune, orange, pourpre, vert foncé, gris, bronze
  • Pierres & cristaux – aventurine, citrine, diamant (jaune), jade, jaspe rouge, malachite, péridot
  • Éléments – Feu & Eau
  • Encens & huiles – camomille, cèdre, eucalyptus, jasmin, lavande, maïs, romarin, rose, santal, sauge
  • Herbes & plantes – acacia, achillée millefeuille, ajonc, aloès, aloe vera, armoise, basilic, belladone, blé, bruyère, céréales, chêne (feuilles), coriandre, cyclamen, fenugrec, ginseng, graines, lavande, marguerite, marjolaine, menthe, mûrier sauvage, myrte, noisetier, noyer, pommier, romarin, rose, rose trémière, sorbier, thym, tournesol, verveine
  • Nourriture – baies sauvages (attention à ne pas cueillir si vous ne savez pas ce que c’est !), bière, cidre, courge, glands, maïs, noix, pain fait maison, poire, pomme, pomme de terre, raisin, riz, tartes aux fruits
  • Point cardinal – Sud-Ouest
  • Runes – Ansuz (la rune d’Odin), Raidho (pour son pouvoir de guérison du corps), Gebo (la rune de l’union, de l’harmonie et des échanges, rune par excellence du partage), Wunjo (qui dans la suite de Gebo symbolise la cohésion de groupe après le partage), Naudhiz (rune du sacrifice et du progrès, attention cependant, elle peut aussi freiner et bloquer, à utiliser avec prudence), Jera (la rune des saisons, symbole de la bonne saison et des récoltes, liée à Freyja et Freyr), Sowilo (rune solaire, qui apporte la lumière, rune de la victoire), Tiwaz (autre rune du sacrifice, celui réalisé pour obtenir quelque chose, mais aussi rune des responsabilités), Berkano (rune de guérison, symbole de la déesse-mère et de la réincarnation), Laguz (rune de l’eau et surtout de la croissance verticale), Othalaz (rune de l’héritage, mais aussi du renforcement des liens entre membres d’un même groupe – familial, amical,… – représente donc le partage avec les anciens et les proches)
  • Ogham – Coll, Duir, Quert, Tinne
  • Tarot – La papesse / La Prêtresse (II), L’Empereur (IIII), La Force (XI), La Lune (XVIII), Le Soleil (XVIIII) + suites de Bâtons (Feu) et de Coupes (Eau)
  • Planète / astre – Lune & Soleil
  • Zodiaque – Lion
  • Créatures magiques – brownies, fées
  • Animaux – bovidés (taureau & veau), poulet (coq), abeilles, papillons (+ tous les insectes pollinisateurs), oiseaux des champs
  • Moment de la journée – l’après-midi (la fin d’après-midi en particulier)
  • Saisons – Été & Automne
Vu du dessus d’une miche de pain fait maison, tenue par deux mains humaines, et maintenue dans un torchon bleu.
Miche de pain fait maison – par fancycrave1 sur Pixabay

Un temps pour célébrer…

Les fêtes païennes peuvent être organisées de différentes manières selon la culture et la spiritualité dans laquelle on baigne.

Pour ma part, j’ai tendance à fuir tout ce qui est trop codifié, alors ici vous ne trouverez que très peu de prières toutes faites, ou de rituels à suivre à la lettre. Ma pratique est intuitive et ne repose pas sur des bases strictes : il y a des règles générales à suivre pour ne pas avoir un comportement malsain (comme ne pas blesser sciemment autrui), mais les codes m’étouffent et nuisent à ma propre harmonie.

Aussi, ce que je vais vous proposer ici ce sont des activités diverses et variées qui font écho à la symbolique de Lughnasadh : partage, récoltes, abondance, prospérité

Activités à l’extérieur

  • Profiter de la nature, à toutes heures de la journée, prendre un bain de soleil (attention à vous protéger du soleil aux heures les plus chaudes !)
  • Cueillir les fleurs d’été (avec parcimonie et respect)
  • Assister au coucher du soleil
  • Aller à une fête médiévale/estivale locale (surtout si ça a un lien avec les récoltes)
  • Faire une veillée en plein air (si c’est autorisé, ne jouez pas avec le feu !)
  • Récolter au jardin (si on en a un)
  • Aller visiter une ferme pédagogique avec les enfants
  • Faire un pique-nique en famille ou entre ami·e·s
  • Organiser des jeux en plein air
  • Récolter des baies sauvages (encore une fois attention à ne pas prendre ce que vous ne savez pas être comestible ou non)

Activités à l’intérieur

  • Faire du pain
  • Partager un repas (fait-maison avec les fruits et légumes de saison, et beaucoup de céréales – à condition que personne ne soit intolérant ou allergique au gluten…)
  • Faire sécher des plantes
  • Faire des jeux de société avec les proches
  • Décorer la maison avec des fleurs jaunes, des fagots de céréales, des symboles solaires,…
  • Faire des préparations à base de fruits (tartes, confitures,…)

Activités spirituelles & magiques

  • Faire des rituels de prospérité, d’abondance, de chance, mais aussi de santé
  • Faire le plein d’ingrédients magiques
  • Décorer l’autel avec des symboles d’abondance et du Soleil
  • Au moment de faire du pain, infuser la pâte avec les bonnes intention pendant tout le pétrissage
  • Réserver un bout du pain fait-maison en guise d’offrande au Petit Peuple
  • Offrir des cadeaux
  • Faire le tri entre le bon et le mauvais de notre vie pour ne garder que le bon
  • Se remémorer les bons moments partagés avec les défunts
  • Pardonner, faire la paix, renouer, lorsque c’est possible
  • Célébrer l’amitié
  • Méditer sur les symboliques de Lughnasadh
  • Faire une croix des moissons avec des épis de blé (ou autres céréales) avec 28 brins séparés en 4 groupes de 7 brins, pour attirer la prospérité (à accrocher sur le mur le plus à l’est)
  • Rendre grâce pour tous les bienfaits obtenus dans l’année
  • Profiter du ciel d’été pour étudier l’astrologie
  • Travailler pour apaiser sa santé

Attention : à Lughanasadh on se contente d’attirer le positif, alors on ne fait surtout rien de négatif. C’est à dire qu’on ne fait ni bannissement ni magie visant à punir, diminuer, rabaisser,… (des choses que de base j’ai tendance à fortement déconseiller…).

Et voilà, c’est déjà la fin de cet article… Je vous souhaite donc une bonne préparation de Lughnasadh et un très bon été ! Et surtout toutes mes pensées vers les victimes des inondations en Europe et des grosses chaleurs en Amérique, j’espère que toutes les personnes sinistrées sauront vite se reconstruire !

A vendredi prochain pour le premier d’une série de trois articles sur le Tarot de Marseille (au programme pour commencer : numérologie, couleurs et composition).

Prenez soin de vous et que Mélusine vous garde…

Amélie la sorcière

Sources

  • Mystic Moon
  • Articles Wikipédia sur Lughnasadh et Lammas
  • Site Le Sidh
  • Vidéo de Lyra Ceoltoir
  • Le grand livre des correspondances” de Sandra Kynes
  • Livre d’accompagnement du Tarot de la Fortune de Mrs.Krobb
  • Witch Please” de Jack Parker
  • et bien entendu ma pratique et mes expériences personnelles
Fav & Follow si vous avez aimé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.