Aimons-nous à Beltaine

Avertissement : Pour tout ce qui concerne Beltaine et les autres grandes fêtes sorcières, je parlerais de "fêtes païennes", de "fêtes saisonnières" ou de "célébrations magiques",… mais JAMAIS de "sabbat". La raison est toute simple : le terme sabbat est lié à la culture juive, et l’utiliser pour des célébrations spirituelles n’ayant aucun lien avec le judaïsme (surtout quand on n’est pas soi-même juif·ve), c’est ce qu’on appelle de l’appropriation culturelle. Et sur mon site je m’efforce de ne pas m’adonner à cela, par respect pour les autres cultures et spiritualités.

Bien que certains jours on se sente encore plus proches de l’hiver que du printemps, cette saison arrive à son apogée et déjà la nature se prépare pour l’été. Les arbres sont en fleurs, les oiseaux remplissent l’air de leurs cris, les abeilles sortent, et bientôt nous récolteront les premiers fruits.

Si la nature est fertile, l’amour paisible d’Ostara fait place à la sensualité et à la libération des énergies pour cette nouvelle fête qui éveillera nos sens et nous donnera milles façons de trouver notre équilibre. Et plus que jamais, aimons-nous à Beltaine !

Une femme danse devant un immense feu de joie.
Festival de Beltane à Calton Hill, Édimbourg, Écosse – par Stefan Schäfer

Aux origines…

Si nous considérons aujourd’hui que Beltaine marque l’apogée du Printemps, chez les celtes il s’agissait de fêter le début de l’été. Il est donc parfaitement logique de voir le feu comme élément central, jusque dans le nom : « beil » signifiant éclatant, brillant, et « tine » le feu. Le feux éclatant donc, ou aujourd’hui « Feu de Bel », du nom d’un dieu ancien, renvoyant à celui, plus connu, de Belenos (et de sa parèdre Belisama).

C’était donc, à l’origine, une tradition celte, qui marquait le début de la saison estivale et devait se dérouler à la pleine lune. La fête marquait surtout le changement de vie des milieux ruraux : début de la chasse ainsi que des guerres, reprises des activités agraires pour les cultivateurs et éleveurs,… et, selon les théories sur les druides, on suppose que c’est à Beltaine que ces derniers se réunissaient dans la forêt des Carnutes pour leur assemblée annuelle…

Cependant, les sources restent encore lacunaires, et les interdictions de l’Église, obligeant à la clandestinités, n’aidèrent pas à définir précisément toutes les traditions de Beltaine, auxquelles se greffèrent, comme pour les autres fêtes, d’autres habitudes. On retrouve notamment la fête de la Nuit de Walpurgis, côté germanique, associée à Beltaine dans les traditions actuelles. Le travail de l’Église donna son côté sulfureux à cette fête, à laquelle on doit l’image des sorcières nues dansant autour d’un feu sous la pleine lune… Alors oui, certaines personnes le font, et pourquoi pas après tout, mais ce n’est évidemment pas une obligation.

Quoiqu’il en soit, toutes les traditions ont en commun certains points : l’arbre ou le Mât de Mai, les sauts au-dessus ou entre des feux, les unions pour un an… et la méfiance envers le Petit Peuple, puisque le voile entre les mondes est très fin lors de la nuit du 30 Avril au 1er Mai, comme pour Samhain.

Le moment de la fête…

Beltaine étant le nom irlandais du mois de Mai, et le nom du 1er Mai en gaélique écossais, il est de coutume de considérer que le jour de Beltaine est donc le 1er Mai, bien qu’à l’origine, elle se déroulait donc lors de la pleine lune de Mai (cette année 2021, ce serait donc repoussé au 26 Mai).

Mais à Beltaine est souvent rattaché la nuit de Walpurgis (également appelée Veille de Mai ou encore Nuit des Sorcières), bien que les traditions soient différentes, aussi, dans beaucoup de traditions on voit la fête commencer le 30 Avril au soir et se finir dans la journée du 1er Mai, voire même se prolonger jusqu’au 2 Mai.

Comme toujours, libre à vous de suivre une tradition en particulier, ou d’en mixer plusieurs pour faire votre propre tradition. 

Tout un symbole…

Ou plutôt, plusieurs symboles, tous intimement liés. 

Le feu tout d’abord, à la fois créateur et destructeur, purificateur comme incontrôlable. C’est la force masculine, belliqueuse, ardente, passionnée, à laquelle on opposera l’eau, féminine, calme. Car Beltaine c’est l’union des contraires pour créer autre chose. Et cette union est représentée parfaitement par l’harmonie du masculin et du féminin. Attention, ici il ne s’agit pas de la vision binaire « homme + femme » (bien que la plupart des traditions soient assez binaires, soyons honnêtes) mais bien de nos part de masculinité et de féminité. 

Mais cette union des forces est aussi celle de l’amour charnel. Si à Ostara on parlait de sentiments, à Beltaine on déchaîne les passions et on se libère sexuellement, on explore, on cherche, on apprend. Mais on cherche surtout l’harmonie en nous-mêmes, comme avec les autres. 

Ce qui nous fait arriver au troisième thème : la fertilité. La nature qui s’est éveillée à Ostara est aujourd’hui prête à être ensemencée, de la même manière que les arbres sont en fleurs pour répandre leur essence. On se prépare à l’abondance de l’été qui arrive.

Les divinités à l’œuvre…

Quelles que soient vos croyances, les divinités à l’honneur sont toutes sur liées à la fertilité, à l’amour, à la création de la vie. On y retrouve ainsi les couples divins, qu’ils soient amants ou époux, les duos gémellaires représentant deux contraires qui s’unissent (comme soleil & lune, feu & eau,…) ou au contraire qui ont des attributions similaires liées à la fertilité, les déesses mères, les dieux de la sexualité, les divinités de l’amour et du printemps, les dieux forestiers, les divinités lunaires et solaires,…

Pour les déesses, on peut donc compter sur : Aphrodite, Astarté, Vénus, Cerridwen, Flora (déesse romaine des fleurs), Freyja, Frigg, Idunn (déesse nordique du mariage), Artémis, Diane, Belisama, Isis, Ishtar, Cybèle, Danu, Maia, Rhéa, Rhiannon, Dôn, Gaia.

Côté dieux, on mise sur : Cernunnos, Pan, Faunus, l’Homme Vert, Herne le chasseur, Belenos, Odin, Freyr, Baldr, Apollon, Cupidon, Eros, Baâl, Râ.

Et puisque l’on fête l’amour, on peut également s’inspirer, pourquoi pas, des couples mythiques, comme Marianne et Robin des Bois, Tristan et Yseult, Roméo et Juliette,… A vous de trouver qui vous attirera.

Enfin, on n’oublie pas le Petit Peuple, particulièrement actif. On honorera surtout les reines des fées.

A quoi correspond Beltaine ?

Dans toutes les pratiques de sorcellerie, il est de coutume de lier entre eux les éléments, les fêtes, les divinités, les couleurs, les aliments, les plantes, les intentions, les planètes, les pierres et cristaux,… Ces correspondances aident à choisir avec quoi on peut décorer la maison, l’autel, la table de fête, ou même quels vêtements porter ou quels aliments manger pour être en harmonie avec les énergies du moment.

Pour Beltaine, nous avons donc les correspondances suivantes :

  • Couleurs – Rouge & blanc principalement, mais aussi vert tendre, rose, jaune, violet (couleurs des fleurs du printemps)
  • Pierres & cristaux –  ambre, améthyste, aventurine, cornaline, émeraude, héliotrope, lapis lazuli, malachite, quartz rose, saphir
  • Élément – Feu (+ Eau)
  • Encens & huiles – lilas, muguet, oliban, menthe, rose, santal
  • Herbes & plantes – ajonc, amande, angélique, arbres fruitiers (notamment pommier), armoise, aubépine, bouton d’or, campanule, cèdre, champignon (anneau des fées), chêne, chèvrefeuille, frêne, gaillet odorant, genévrier, jacinthe, lierre, lilas, marguerite, menthe, mesquite, muguet, mûrier sauvage, œillet d’Inde, oseille, pâquerette, peuplier, pin, potentille, primevère, quintefeuille, reine des prés, rose, sapin, saule, sorbier, souci, sureau, tilleul, thym, trèfle, violettes
  • Nourriture – avoine, carotte, amande, plats à base de fleurs, céréales, fruits de mer, fruits rouges, pain, produits laitiers, salades
  • Point cardinal – Sud
  • Runes – Fehu (le feu primordial, l’impulsion donnant la vie, le sang), Uruz (la Mère, le réceptacle, l’énergie créatrice, la guérison), Kenaz (la créativité, l’âtre, la forge, le feu maîtrisé), Gebo (harmonie & union, don & partage, lien entre humain et divin), Jera (« année »/ »saison » : le cycle, abondance rune de Freyr et Freyja), Sowilo (le soleil, la lumière, la source de toute vie, osmose & communion de l’âme, augmente le pouvoir d’Uruz), Berkano (la Déesse-Mère, réincarnation, runes de toutes les naissances, purification & protection, magie féminine), Ehwaz (rune des voyages et des liens durables, liée à Freyr et Freyja), Laguz (croissance & fertilité, rune de l’eau sous toutes ses formes), Ingwaz (fécondité & acte créateur, contient la vie dans son enceinte comme l’œuf, rune de protection du foyer)
  • Ogham – Saille / Saile
  • Tarot – L’Impératrice (III), Le pape (V), L’Amoureux (VI)
  • Planète / astre – Vénus, Lune
  • Animaux – bovidés (vache), chèvre, lapin, abeille
Bouquet de muguet noué et posé sur une surface en bois.
Bouquet de muguet – par Peggychoucair sur Pixabay

Un temps pour célébrer…

Les fêtes païennes peuvent être organisées de différentes manières selon la culture et la spiritualité dans laquelle on baigne.

Pour ma part, j’ai tendance à fuir tout ce qui est trop codifié, alors ici vous ne trouverez que très peu de prières toutes faites, ou de rituels à suivre à la lettre. Ma pratique est intuitive et ne repose pas sur des bases strictes : il y a des règles générales à suivre pour ne pas avoir un comportement malsain (comme ne pas blesser sciemment autrui), mais les codes m’étouffent et nuisent à ma propre harmonie.

Aussi, ce que je vais vous proposer ici ce sont des activités diverses et variées qui font écho à la symbolique de Beltaine : la fertilité, la vitalité, la sexualité, la libération, et l’équilibre des forces

Activités à l’extérieur

  • Récolter du bois, en rendant ce moment sacré. On peut chercher 7 ou 9 essences sacrées (selon nos croyances), le tout pour constituer les bûchers pour les feux de joie.
  • Faire des feux de joie – en toute sécurité et seulement si c’est autorisé, évidemment ! – et sauter par-dessus ou entre deux feux pour s’attirer la chance.
  • Décorer un arbre de Mai
  • Danser autour d’un feu ou d’un arbre de Mai (ou les deux).
  • Participer à l’édification d’un Mât de Mai, ou à la danse autour du Mât (autour duquel on enroule des rubans rouges – dans le sens horaire – et des rubans blancs – dans le sens antihoraire – qu’on noue puis qu’on enlève pour donner à un jeune couple marié ou au Roi et à la Reine de Mai).
  • Récolter les cendres des feux de joie pour les répandre dans les champs ou dans son potager pour fertiliser les sols.
  • Jardiner, tout simplement…
  • Cueillir des fleurs.
  • Recueillir la rosée du matin, marcher pieds nus dans la rosée pour renforcer vigueur et vitalité.
  • Le 1er Mai on peut récolter l’aubépine, mais attention : l’aubépine est l’arbre des fées (c’est pour cela que la récolte n’est « autorisée » que durant cette journée), aussi on n’utilise pas d’objet en fer, et on récolte peu (en gardant en tête qu’on fait notre stock pour l’année, il faudra donc rationner ensuite). On en récolte que ce dont on a besoin, et on répand au pied de l’arbre ce qui nous restait de la précédente récolte (on rend à la terre). Il convient évidemment de remercier les fées par une offrande de lait.

Activités à l’intérieur

  • En l’absence de possibilité de faire du feu, on peut remplacer cela en sautant par-dessus un balai (consacré pour l’occasion) qui représente l’union du masculin (manche) et du féminin (brosse).
  • De la même manière, on peut faire un mini Mât de Mai avec un bâton et des rubans. On peut le planter dans un pot, mais danser autour sera sans doute plus compliqué…
  • Faire preuve de créativité en réunissant deux éléments séparés : broderie, tissage, tricot,…
  • Comme toujours, la cuisine est une bonne activité, avec des plats à base de lait et d’avoine, de salade, de carotte. Pour les viandes, privilégier le poulet et la viande bovine.
  • Décorer la maison avec des fleurs printanières. Faites entrer le printemps dans votre foyer !
  • Et pour les adultes : faites l’amour ! En respectant le consentement de vos partenaires, et en vous protégeant évidemment. Et même en solo : apprenez à connaître votre corps, à connaître votre propre énergie, faites-vous plaisir ! Aimez-vos partenaires mais aimez-vous vous-mêmes, c’est important…

Activités spirituelles & magiques

  • Assurez la protection de votre foyer (particulièrement de l’entrée).
  • Créez votre propre oracle.
  • Faites de la divination.
  • Rendez hommage au Petit Peuple
  • Communiquez avec le Petit Peuple, profiter de la finesse du voile entre els mondes, c’est le bon moment (n’oubliez pas le respect et les offrandes surtout, on ne le rappellera jamais assez, les Faes sont susceptibles et puissants…)
  • Fabriquer une baguette priapique
  • Pratiquer la cérémonie du « handfasting » : l’union des mains, avec une personne à laquelle vous serez lié·e par un engagement durant une année (cette personne peut être votre partenaire tout comme une autre personne, et cet engagement n’est pas forcément amoureux).
  • Célébrer des vœux / promesses, prendre des engagements (qu’il faudra tenir !) pour l’année à venir.
  • Enfin, pratiquer la magie sexuelle… Non, cela ne veut pas dire jeter un sort sur le sexe de votre voisin malpoli !  Cela veut tout simplement dire d’utiliser votre énergie sexuelle, ou vos fluides sexuels (ou, dit comme ça ce n’est jamais très ragoûtant, et pourtant ce n’est pas sale, comme dirait l’autre) pour vos rituels. Car rien ne vaut des parties de vous-mêmes pour renforcer votre magie.
Gros plan sur une feuille violette sur laquelle se trouvent des gouttes d’eau.
Rosée du matin sur une feuille violette – par Cristian Prisecariu sur Pixabay

Et voilà, c’est déjà la fin de cet article… Je vous souhaite donc une bonne préparation pour Beltaine !

A vendredi prochain pour un nouvel article qui sera consacré à la notion de consentement (et oui, c’est aussi important en sorcellerie et ça tombe à pic pour Beltaine, n’est-ce pas ?). 

Prenez soin de vous et que Mélusine vous garde…

Amélie la sorcière

Sources

Fav & Follow si vous avez aimé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.