Célébrons le printemps avec Ostara

Avertissement : Pour tout ce qui concerne Ostara et les autres grandes fêtes sorcières, je parlerais de « fêtes païennes », de « fêtes saisonnières » ou de « célébrations magiques »,… mais JAMAIS de « sabbat ». La raison est toute simple : le terme sabbat est lié à la culture juive, et l’utiliser pour des célébrations spirituelles n’ayant aucun lien avec le judaïsme (surtout quand on n’est pas soi-même juif·ve), c’est ce qu’on appelle de l’appropriation culturelle. Et sur mon site je m’efforce de ne pas m’adonner à cela, par respect pour les autres cultures et spiritualités.

Dans une semaine, s’achève la saison des Poissons, et ainsi se termine un nouveau cycle. Il en va de même pour notre environnement : l’hibernation de l’hiver touche à sa fin, et la nature qui a entamé son réveil à Imbolc prend enfin ses aise et s’ouvre au Soleil.

Et nous dans tout cela ? L’équinoxe nous énergise, en nous entourant de lumière, et en nous appelant à fêter la fertilité, le renouveau, l’abondance,… Il est temps de nous éveiller et de nous ouvrir, à la nature et aux autres : ensemble, célébrons le printemps avec Ostara !

Photo printanière de lever de soleil : au premier plan on voit de l’herbe et des fleurs violettes, et à l’arrière plan, flouté, une prairie fleurie et le soleil émergeant du fond jaune.
Photo du Soleil du Printemps par jplenio – sur Pixabay

Aux origines…

Si l’on considère Samhain comme étant une sorte de « nouvel an sorcier », à cause de la force des énergies et de la finesse du voile entre les mondes, en ce qui concerne le cycle naturel et astrologique (on entre dans le Bélier, le premier signe du zodiaque), Ostara est alors également une fête marquant un début. D’ailleurs, jusqu’en 1572, lorsque le calendrier Junien a été adopté, on considérait que le nouvel an était le 25 Mars (qui est le jour où, dans la liturgie chrétienne, l’ange Gabriel annonça à la Vierge Marie qu’elle attendait un enfant… ce qui fait ainsi tomber la naissance de Jésus au 25 Décembre, pratique).

Ostara est donc liée à ce commencement de l’année, et donc au début du printemps, et aux jours qui rallongent. Ostara voudrait dire « l’étoile de l’Est »… et c’est bien à l’Est que « naît » le Soleil chaque matin. Et si on remontait le temps ? Et bien on apprendra que jusqu’au Moyen Âge en Europe, le « lièvre de Mars » était un symbole majeur de la fertilité (et non pas de folie comme dans Alice au Pays des Merveilles…). Chez les romains, on fêtait bien entendu Mithra, le dieu qui, à l’image de Jésus, a ressuscité (au printemps), ainsi que Cérès qui redonnait vie à la nature avec le retour de sa fille (comme chez les grecs, avec Déméter retrouvant Perséphone). Quant à Ostara et Éostre, leurs origines ne sont pas très claires, mais on sait les situer dans toute la partie germanique de l’Europe, et jusque chez les saxons. La source la plus fiable étant le moine bénédictin Bède le Vénérable, au VIIIe siècle, qui présenta le culte d’Éostre dans son ouvrage « De temporum ratione« . Á Chichen Itza, ancienne ville Maya au Mexique, on se rassemble aux équinoxes (aussi en automne donc) pour voir les jeux d’ombres que crée le soleil sur les escaliers de la pyramide de Kukulkan (on y voit notamment des serpents, qui semblent descendre au printemps). On pense d’ailleurs, étant donné leurs connaissances pointues en astronomie, que les Mayas auraient construit cette pyramide de manière à avoir ces effets…

On fête aussi Ostara sous différents noms : Österreich, Jour d’Éostre, Fête des Arbres, Alban Eilir (en gaélique), ou tout simplement le Printemps ou Pâques.

Ailleurs, l’équinoxe de printemps revêt aussi une grande importance, encore aujourd’hui : il y a le Norouz (nouveau jour) qui est le nouvel an dans le calendrier persan, le calendrier badīʿ commence aussi à l’équinoxe de Mars, dans plusieurs pays arabes, la fête des Mères est célébrée lors de l’équinoxe de Mars, le nouvel an du calendrier national indien se déroule au lendemain de l’équinoxe, et en Iran il y a le festival Chahar Sanbeh Suri (qui dure 13 jours) où on purifie les maisons et où on saute par-dessus des feux pour accueillir l’équinoxe…

Le moment de la fête…

Puisque cette célébration est centrée sur l’équinoxe de printemps, il est généralement admis qu’on choisira cette date pour procéder à cette célébration. Par convention populaire, on a tendance à fixer la date au 21 Mars, mais comme les équinoxes ne sont pas des dates fixes, cela varie chaque année, entre le 20 et le 23 Mars. Pour cette année 2021, l’équinoxe de printemps se déroule le samedi 20 Mars à 09h37 (date et heure UTC).

Ostara étant une fête solaire liée à la naissance, il est de coutume de commencer les célébration à l’aube, dès le premier rayon du Soleil, ainsi que tout le long de la journée. Bien que la lune soit aussi très importante, et participe à l’équilibre des forces, cette célébration tourne véritablement autour du Soleil, donc autant en profiter !

Tout un symbole…

Ostara, c’est évidemment le printemps, et toutes les thématiques qui y sont liées : le renouveau, la renaissance, le cycle des saisons qui recommence, les nouveaux départs, la purification (avec le fameux grand nettoyage de printemps). On célèbre la nature et le Soleil, le retour à la terre, les nouvelles pousses. On observe le début de la saison des amours, la sortie de l’hibernation, bref, le retour de la vie. Et par extension, on espère l’abondance.

Mais Ostara c’est aussi et surtout le moment d’honorer la fertilité et la fécondité sous toutes leurs formes, dont deux en particulier : le lièvre (et par extension les lapins) et l’œuf (qui représente la graine, le cocon de la vie). Lapin et œufs de Pâques ne sont donc pas des symboles sortis de nulle part !

Côté végétaux, la jonquille est à l’honneur, parmi toutes les autres fleurs printanières, ainsi que le bouleau, l’arbre lié à la déesse-mère.

Les divinités à l’œuvre…

Comme pour Mabon, cette célébration met à l’honneur principalement la déesse dont elle porte le nom, à savoir Ostara, ou autrement appelée Éostre par les saxons. C’est la déesse germanique du printemps et du renouveau, et qui avait pour symbole le lièvre. Une légende raconte qu’elle trouva, un jour d’hiver, un oiseau blessé, qu’elle sauva en le transformant en lièvre… mais cette magie ne fonctionna pas correctement et l’animal continua de pondre des œufs…

De la même manière que pour les autres célébrations, d’autres divinités sont honorées à Ostara. On pense évidemment à toutes les déités liées à la fertilité et à la fécondité, ainsi qu’à l’amour, les déités solaires bien sûr, mais aussi à celles liées à la nature, et quelques divinités lunaires (qui ont aussi le lièvre ou le lapin comme familier).

Ainsi, pour les déesses, on retrouve : Aphrodite, Ariane, Artémis, Astarté, Athéna, Aurora, Ausra, Coatlicue, Cybèle, Dana, Déméter, Diane, Éos, Freyja, Gaia, Hator, Hécate, Héra, Idunn, Iris, Ishtar, Isis, Junon, Kuan Yin, Minerve, Perséphone, Vénus, Vesta, Tanit, Tara, et Ushas, auxquelles on peut ajouter Marie-Madeleine.

Pour les dieux, cela se passe avec : Adonis, Attis, Bacchus, Cernunos, le Dagda, Dionysos, Dumuzi, l’Homme Vert, Mithra, Odin, Osiris, Pan, Thor, auxquels on rajoute Jésus Christ, puisqu’en ressuscitant il entre dans la symbolique des cycles et du renouveau.

A quoi correspond Ostara ?

Dans toutes les pratiques de sorcellerie, il est de coutume de lier entre eux les éléments, les fêtes, les divinités, les couleurs, les aliments, les plantes, les intentions, les planètes, les pierres et cristaux,… Ces correspondances aident à choisir avec quoi on peut décorer la maison, l’autel, la table de fête, ou même quels vêtements porter ou quels aliments manger pour être en harmonie avec les énergies du moment.

Pour Ostara, nous avons donc les correspondances suivantes :

  • Couleurs – les couleurs pastels et printanières, principalement le vert et le jaune (et donc aussi le bleu ciel, le rose, le mauve,… et le blanc)
  • Pierres & cristaux –  aigue-marine, améthyste, aventurine, émeraude, héliotrope, jaspe, jaspe rouge, pierre de lune, pierre de sang, quartz rose, topaze + citrine (pour le Soleil). Les pierres taillées en œuf sont un plus. 
  • Élément – Air
  • Encens & huiles – fraise, jasmin, rose, sauge
  • Herbes & plantes – Ajonc, amandier, bouleau, cerisier, chèvrefeuille, cornouiller, crocus, églantier, érable, estragon, fraise, frêne, gingembre, glands, graines de tournesol, hysope, if, iris, jacinthe, jasmin, jonquille, lilas, lys, muguet, narcisse, olive, pivoine, quintefeuille, reine des près, rose, saule, sureau, tilleul, tulipe, verveine, violette
  • Nourriture – fruits de saison frais, gâteaux au miel, germes, lait, légumes verts, œufs, pomme, produits laitiers, noix, poisson
  • Point cardinal – Est
  • Runes – Uruz (rune de l’ourse, un des symbole de la mère, elle représente le réceptacle primordial, c’est l’énergie créatrice et le pouvoir de gestation, elle est aussi une rune de guérison), Gebo (rune du don et du partage, elle représente un pouvoir de profonde harmonie et d’union, et donc l’équilibre et la générosité, c’est aussi la rune de l’amour et de la guérison), Hagalaz (la « rune-mère », portant la magie du chiffre 9, elle représente aussi la semence primordiale, la rune à l’origine de toute chose et celle qui fait le lien – et donc l’équilibre – entre les mondes), Jera (son nom veut dire année ou saison, elle est au centre du Futhark et symbolise le temps qui passe à travers les cycles, c’est aussi la rune la plus fortement liée à Freyr et Freyja, dieu et déesse de la fertilité), Sowilo (le Soleil, la lumière en mouvement, aide à réaliser les objectifs, augmente le pouvoir de guérison de Uruz), Berkano (le bouleau, symbole de la déesse-mère, rune d’ancrage, de purification et de protection, représente aussi la réincarnation, le cycle des naissances, elle sert aussi à tout ce qui est lié au féminin), Laguz (symbolise la croissance, ainsi que la fertilité, aide à vaincre les obstacles et blocages, elle représente aussi la Lune, et vient donc équilibrer Sowilo), Ingwaz (en représentant Ing, le dieu de la fécondité, cette rune symbolise l’acte créateur, et de part sa forme fermée, elle renferme en elle tout ce qui est nécessaire à la vie : d’un point de vue magique, Ingwaz est utilisée pour stocker l’énergie, qui va grandir avant d’être libérée avec l’aide de Jera ou Berkano pour tempérer cette énergie, c’est aussi une rune de protection du foyer), Dagaz (rune du jour, symbolisant l’aube et l’éveil, ainsi que la naissance et de la manifestation de la lumière, elle représente aussi les cycles)
  • Ogham – Onn/Ohn
  • Tarot – Le Mat, La Papesse (II), L’Impératrice (III), L’Amoureux (VI), Tempérance (XIIII), L’Étoile (XVII), La Lune (XVIII), Le Soleil (XVIIII), Le Jugement (XX) et Le Monde (XXI) + la série des Épées (liée à l’air et à l’Est, ainsi qu’à l’Aube et au Printemps)
  • Planète / astre – Soleil + Jupiter & Neptune
  • Zodiaque – Bélier (on entre dans sa saison) et Poissons (dont on quitte la saison)
  • Animaux – Buse, cormoran, hirondelle, lapin, lièvre, moineau, mouton (bélier), serpent
  • Moment de la journée – Aube 
La déesse Éostre / Ostara vole à travers les cieux entourée de putti d'inspiration romaine, de faisceaux de lumière et d'animaux. Les peuples germaniques regardent la déesse depuis le royaume d'en bas.
"Ostara" (1901) par Johannes Gehrts

Un temps pour célébrer…

Les fêtes païennes peuvent être organisées de différentes manières selon la culture et la spiritualité dans laquelle on baigne.

Pour ma part, j’ai tendance à fuir tout ce qui est trop codifié, alors ici vous ne trouverez que très peu de prières toutes faites, ou de rituels à suivre à la lettre. Ma pratique est intuitive et ne repose pas sur des bases strictes : il y a des règles générales à suivre pour ne pas avoir un comportement malsain (comme ne pas blesser sciemment autrui), mais les codes m’étouffent et nuisent à ma propre harmonie.

Aussi, ce que je vais vous proposer ici ce sont des activités diverses et variées qui font écho à la symbolique d’Ostara : la nature qui se réveille, le renouveau, la fertilité et la lumière

Activités à l’extérieur

  • Puisque cela commence dès l’aube, vous pouvez tout simplement accueillir le Soleil, profiter de ses premiers rayons, que ce soit pour immortaliser ce moment magique en photo, en dessin, en peinture, ou pour prendre un bain de Soleil un peu spécial.
  • A l’aube toujours, vous pouvez faire sonner une clochette pour accompagner le réveil de la nature.
  • Toujours dans la thématique du Soleil, si vous êtes adepte de yoga (et que vous avez la condition physique pour), vous pouvez vous installer dehors pour une Salutation au Soleil. 
  • S’il fait assez beau pour cela, passer du temps en famille ou entre ami·e·s autour d’un pique-nique (pensez à ne pas laisser traîner de déchets non-organiques surtout !).
  • Si vous avez un jardin, il est temps d’en prendre soin. Semez, nettoyer, réarrangez,… Si possible sans utiliser de gants, pour profiter pleinement de la terre qui se réveille.
  • Cueillez des fleurs printanières (en faisant attention à ne pas trop cueillir et à ne pas endommager les racines).
  • Ou encore faites un tour chez un·e fleuriste et faites-vous plaisir !
  • Vous pouvez aussi décorer un arbre avec les symboles d’Ostara (œufs, lapin, rubans de couleurs pastels,…).
  • Partez vous promenez, que ce soit dans les champs avoisinants, dans un bois, une forêt, ou même dans un parc (même si la nature sauvage est préférable) et observez la nature en éveil. passez du temps près des arbres.
  • Observer oiseaux et insectes. Profitez-en pour recenser les habitants de votre jardin !
  • Si vous le pouvez, marchez pieds nus en pleine nature. 

Activités à l’intérieur

  • Evidez des œufs et peignez-les. A faire de A à Z avec les enfants, c’est une activité très sympathique !
  • Cuisinez à base d’œufs, de miel, de lait, de graines, de germes, et de fruits et légumes de saison.
  • Décorez votre maison avec des fleurs printanières fraîches (de préférence en pot, pour les garder vivantes). Invitez la nature jusque dans votre intérieur !
  • Procédez à un grand nettoyage de printemps. Triez, aérez, rangez,…
  • Commencez un nouveau projet, peu importe le domaine.
  • Soyez créatif·ve·s !
  • Commencez un herbier (à faire aussi avec les enfants).

Activités spirituelles & magiques

  • N’hésitez pas à garder quelques œufs pour y peindre des symboles plus ésotériques. Vous pouvez également les remplir avec des éléments selon vos intentions et les enterrez. Vous pouvez les charger simplement de vos vœux. 
  • Comme à chaque équinoxe et solstice, pensez au Petit Peuple (si cela correspond à vos croyances). Les offrandes en nourriture sucrés sont toujours un succès, mais le Petit Peuple est aussi amateur d’art, notamment de poésie. Et comme l’élément air est à l’honneur, les fées, elfes, pixies et autres sylphes seront les plus en action. 
  • Ostara est le moment idéal pour faire un rituel de dédication à une divinité ou une entité en particulier. A vous de choisir le médium qui vous correspondra le mieux…
  • La méditation, la divination et le travail sur les rêves sont favorisés.
  • Prenez un nouveau départ dans votre pratique, conscientisez-la davantage, lancez-vous dans un nouveau domaine ésotérique,…
  • Faites une eau de Soleil (comme l’eau de Lune, mais au Soleil, donc).
  • Vous pouvez créer des talismans, mettre en place de nouveaux rituels,…
  • C’est le bon moment pour stocker les énergies de croissance.
  • N’oubliez pas de laisser une place à l’amour, sous toutes ses formes !
Jonquilles au pied d’un arbre, sur de l’herbe très courte.
Jonquilles par Craig Letourneau – sur Pixabay

Et voilà, c’est déjà la fin de cet article… En ce qui me concerne, cette année pour Ostara je vais continuer le travail commencé à Imbolc, sur mes projets familiaux, et compléter ma dédication à Freyja. Et je vous souhaite une bonne préparation d’Ostara !

A vendredi prochain pour un nouvel article, dans lequel je vous parlerais de l’aigue-marine, la pierre du mois de Mars. 

Prenez soin de vous et que Mélusine vous garde…

Amélie la sorcière

Sources

Fav & Follow si vous avez aimé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.