Heimdallr, le pilier du monde

Pour continuer à présenter les divinités nordiques, il me semblait évident de commencer par celui qui incarne parfaitement le rôle de Gardien. Ce dieux fascinant me plaît beaucoup, et même si je n’ai pas encore eu l’occasion de travailler sous son égide, l’étudier fut très intéressant.

J’ai notamment pu découvrir des liens que je ne soupçonnais pas, notamment avec Freyja. Alors sans plus attendre, laissez-moi vous parler de Heimdallr, le pilier du monde, le gardien du pont arc-en-ciel et veilleur des dieux…

Un homme assis, soufflant dans un cor, et avec un coq posé sur sa tête.
Heimdallr sonnant Gjallarhorn – dessin de Johan Thomas Lundbye, publié en 1907 dans Nordisk Oldtid og Dansk Kunst.

Les cultures nordiques se transmettaient oralement, et la majorité des écrits qui nous sont parvenus viennent d’Islande et datent des XIIe et XIIIe siècles (avec notamment Snorri Sturluson et ses Eddas), à l’époque où l’île se faisait chrétienne. Aussi, de nombreuses légendes sont à jamais perdues, et ce qui nous est parvenu a été influencé, modifié, par l’Église qui tenta de tourner en ridicule certains mythes pour effacer ces divinités des traditions des peuples conquis…

Le dieux né de la mer

On sait à propos de Heimdallr qu’un poème lui a été dédié, écrit par Snorri Sturluson, mais qui est aujourd’hui perdu… Du « Heimdallagaldr », il ne subsiste que deux vers, retranscris dans le Gylfaginning, au chapitre 27 : 

« De neuf mères, je suis le descendant,
De neuf sœurs je suis le fil.« 

Par ces mots, une généalogie s’établit, bien qu’un peu incertaine faute d’autres sources permettant de recroiser ces informations. On suppose que les neufs femmes mentionnées sont les neufs filles d’Ægir, le géant et dieu de la mer et de la force de l’océan, et de Rán, déesse de la mer également, ainsi que souveraine des morts par noyade. Ces neuf filles elles-mêmes personnifient les vagues (qui vont toujours par série de neuf). Et c’est là que les avis divergent : selon Snorri, dans le Skáldskaparmál, un poème narrant le dialogue entre Ægir et le dieu de la poésie Bragi, les mères de Heimdallr se nomment Himinglæva, Dúfa, Blóðughadda, Hefring, Unnr, Hrönn, Bylgja, Bára/Drofn, et Kólga. Mais dans le Hyndluljóð (le chant d’Hyndla), quelques vers parlent d’un puissant Ase porté par « neuf filles de géants », qui s’appelaient Gjálp, Greip, Eistla, Eyrgjafa, Úlfrún, Angeyja, Imdr, Atla, et Járnsaxa. On suppose par ailleurs que la liste donnée par Snorri dans le Skáldskaparmál comporterait au moins certains noms de sa propre invention…

Ainsi, Heimdallr serait le fils des « demoiselles des vagues », et le petit-fils de deux divinités marines… et pourtant, contre toute attente, il n’est pas lui-même un dieu de la mer. Mais cette filiation concorde cependant avec une théorie rapprochant Heimdallr des Vanes : ces divinités, dont font partie Freyja et Freyr, sont principalement des forces de la Nature. Heimdallr, dit-on dans le Þrymskviða (le chant de Thrymr), « savait bien l’avenir comme les autres Vanes » : à défaut d’être un Vane (il est clairement identifié comme un Ase dans le Hyndluljóð), il en aurait hérité certains pouvoir…

L’énigmatique Heimdallr

Bien qu’il soit très mystérieux, à cause du manque de sources à son sujet, et du peu de traces dans les cultes, Heimdallr a marqué sous plusieurs identités, comme on peut le lire dans le Gylfaginning, toujours au chapitre 27 :

« On l’appelle l’Ase blanc. Il est grand et saint. Il est le fils de neuf vierges qui étaient toutes sœurs. Il s’appelle aussi Hallinskídi et Gullintanni […].« 

Hallinskídi voudrait dire « bâton courbé », qui n’est autre qu’un kenning (une sorte de licence poétique) pour désigner le bélier, et Gullintanni « dents d’or », là aussi probablement lié aux ovins et à leurs dents jaunes. Il est aussi connu sous le nom de Rígr, puisque c’est ainsi qu’il s’est fait appelé quand il allait sur Midgard et qu’il a engendré les classes sociales de la civilisation scandinave. On le connaît également sous le nom de Vindlér (ou Vindhlér), « celui qui protège du vent ». 

Le nom Heimdallr est aussi en lien, étymologiquement, avec un des noms de Freyja, Mardöll (-döll étant le féminin de -dallr). Les deux divinités semblent par ailleurs avoir des rapports étroits. Le nom de Heimdallr, justement, pourrait être traduit en plusieurs termes : « celui qui illumine le monde », « le pilier du monde » (ce qui l’identifie également comme une personnification possible d’Yggdrasill, l’Arbre-Monde). Ce nom évoque aussi et surtout le feu domestiqué, et une autre traduction pourrait être « celui qui prospère dans sa maison », c’est à dire le « Feu gardien » bienfaisant. Autre fait assez amusant, à propos des kennings : selon l’Edda en prose de Snorri, une des kennings pour « épée » est « tête d’Heimdallr », tandis qu’un des kennings pour « tête » est « épée d’Heimdallr ». Tout cela est aussi lié au surnom du Bélier…

Pour finir sur les nominations de Heimdallr, je reviendrais sur cette histoire de bélier : ce serait, d’après Georges Dumézil, à cause de ce rapprochement qu’on appellerait ce dieu « l’Ase blanc », à cause du pelage de l’animal, et du passage du Gykfaginning précisant qu’il entendrait pousser la laine sur le dos des moutons. Toujours d’après Dumézil et ses sources folkloriques galloises, les vagues de l’océan se briseraient par séries de neuf, et la neuvième et dernière vague est appelée « le bélier », à cause de sa plus grande puissance. Dans le même genre, l’ancien gallois, le français moderne et le basque moderne appellent « moutons » les vagues couronnées d’écume (il existe d’ailleurs le terme « moutonner » en français pour désigner la formation de l’écume). Et puisque Heimdallr est né des neuf vagues, ne serait-il pas, justement, l’écume ?

Illustration montrant un homme en armure soufflant dans un cor et tenant un caducée.
Illustration montrant Heimdallr, dans un manuscrit Islandais du 18e sicèle, identifié sous le code NKS 1867 4to et conservé à la Danish Royal Library.

Attributs & attributions de Heimdallr

Les pouvoirs de Heimdallr

Bien évidemment, Heimdallr est surtout connu pour son rôle de Gradien du Bifröst, le « pont arc-en-ciel » (qui en vérité n’a que trois couleurs, le rouge étant créé par du feu ardent empêchant le passage des géants) reliant Ásgard aux mondes inférieurs dont Midgard (le « monde du milieu », la Terre). Nommé aussi Asbru (« pont des Ases »), il serait l’ouvrage le plus solide qui existe dans l’univers… pourtant, il est dit qu’au Ragnarök, il s’effondrera lorsque les « fils de Muspellheim » à cheval l’emprunteront. 

Le jour du Ragnarök, justement, Heimdallr, qui « a besoin de moins de sommeil qu’un oiseau » et qui « voit toujours, jour et nuit, à des centaines de milles de distance », sera le seul dieux à ne pas dormir et le seul à voir ce qui se déroule à Ásgard. Aussi sont autre rôle non moins important est de souffler dans Gjallarhorn pour réveiller les Ases afin qu’ils se préparent à combattre pour la dernière fois.

Et donc, entre autres pouvoirs, Heimdallr voit tout et entend tout ce qui se passe, en Ásgard certes, mais partout dans les neuf mondes selon les légendes. Le Gylfaginning dit « Il entend aussi pousser l’herbe sur le sol et la laine sur le dos des moutons, ainsi que tout ce nui fait plus de bruit que cela. » Mais il voit aussi plus loin que n’importe qui, c’est à dire plus loin que dans le présent : à l’instar des Vanes donc, Heimdallr sait ce qui va se passer avant que cela ne se produise, ainsi a-t-il eu vent son destin, qui est de mourir de la main de Loki tandis que lui-même tuera Loki, au Ragnarök, et ne s’en offusquera pas lorsque celui-ci se produira. Par ailleurs, Heimdallr sera le tout dernier à mourir au Ragnarök (il sait donc que sa mort sonnera la fin des combats et le renouveau des mondes).

Loki, justement, est l’antagoniste de Heimdallr : les deux dieux sont régulièrement en conflit, et c’est d’ailleurs l’un contre l’autre qu’ils se battront, sous la forme de phoques, pour Brísingamen que Loki avait dérobé à Freyja. Heimmdallr vainqueur ramena son bien à la déesse.

Heimdallr est donc un dieu protecteur, un Gardien (dans tous les sens que ce terme peut avoir). Dieu lumineux, à la fois solaire et lunaire, né de la mer et vivant dans le ciel, il est un pilier. On dit, par ailleurs, qu’il est un des plus puissants Ases, si pas le plus puissant (car, même Odin le craindrait).

Dieu des commencements, il est à l’origine de toutes choses (et probablement même né à l’origine des mondes), et il est aussi dieu de l’ordre primordial et père de l’humanité et plus précisément de la société scandinave : le Rígsþula narre comment, sous le nom de Rígr, il voyagea à Midgard par trois fois, et, après avoir profité de l’hospitalité de trois couples (pendant trois nuits à chaque fois), il engendra les castes de la société médiévale scandinave, à savoir les domestiques en engendrant Thrœll chez Ai et Edda (Aïeul et Aïeule, l’Edda est donc « l’Aïeule de tout savoir sacré), les paysans libres en engendrant Karl chez Afi et Amma (Grand-Père et Grand-Mère), et les nobles/guerriers en engendrant Jarl chez Fadir et Modir (Père et Mère). Contrairement aux deux autres, le texte ici précise que pour Jarl, Rígr prit le temps de lui enseigner les runes, c’est lui qui le nomma, et ) lui il confia le secret de sa paternité tout en lui dévoilant son destin.

Les trésors de Heimdallr

Heimdallr est donc le détenteur de Gjallarhorn, la corne qui se fait entendre à travers les neuf mondes. Il s’agit ici plus précisément d’un Lur, un instrument traditionnel norvégien. Mais Gjallarhorn a aussi appartenu au dieu Mímir, qui l’utilisait pour boire l’eau de la source de Mímisbrunnr (« fontaine de Mímir ») qui jaillissait sous la racine d’Yggdrasill qui passait dans les terres gelées de Jotunheim. Il buvait chaque matin de cette source dont il était le gardien, ce qui lui conférait sa grande sagesse. A la mort de Mímir, Odin (son neveu), confia alors Gjallarhorn à Heimdallr.

Comme la plupart des Ases masculins (Thor étant le seul à rester à pied, lorsqu’il n’utilise pas son char), Heimdallr possède un cheval, nommé Gulltoppr, qui veut dire « crin d’or », puisque le cheval était doré. 

Bien qu’il doivent constamment veiller sur tout, Heimdallr peut tout de même profiter de quelques plaisirs, notamment celui de boire du bon hydromel en sa demeure, Himinbjörg, « Mont du Ciel », située là où, selon Snorri, le Bifröst rencontre le paradis…

Enfin, il est dit qu’il a des dents en or. Ainsi qu’une épée (dont on ne connaît pas le nom, si elle en a un), avec laquelle il frappera Loki au Ragnarök.

Correspondances magiques liées à Heimdallr

Lorsqu’on parle de pratique magique, on en vient toujours aux correspondances, c’est à dire aux liens entre les divinités, plantes, pierres, couleurs,… qui peuvent nous servir à monter un rituel de manière harmonieuse. Heimdallr n’y fait pas exception et voici donc une liste (non exhaustive) de ce qui lui est lié :

  • Signes du Zodiaque : Bélier, Balance, Poissons
  • Planète / astre : Lune & Soleil, Mars & Neptune
  • Fêtes païennes : Ostara, Litha
  • Jours de la semaine : Lundi, Vendredi, Dimanche
  • Moment de la journée : Aurore 
  • Runes : Raidho, Kenaz, Gebo, Hagalaz, Perthro, Algiz, Sowilo, Tiwaz, Mannaz, Dagaz
  • Élément : Eau & Feu (+ Air)
  • Nombre : 1 & 9
  • Couleurs : blanc et doré
  • Tarot : Le Mat / Le Fou, La Justice (VIII), Le Monde (XXI) + la suite d’Épées
  • Arbres : bouleau, cèdre, chêne, frêne, genévrier, if, laurier, noisetier, pin
  • Pierre / minéral : aigue-marine, amétrine, citrine, cristal de roche, fluorite (surtout multicolore et « arc-en-ciel »), péridot, tourmaline bleue et verte, 
  • Métal : or & argent
  • Produit de la mer : l’écume
  • Animaux : bélier, phoque
  • Intentions : ancrage, apprentissage, autre monde / inframonde, chaleur, clairaudience, clairvoyance, commencements, concentration, connaissance, conscience (subconscient), conseils, contrôle, créativité, croissance, cycles, dangers, défense, discipline, émotions (les gérer), équilibre, esprit / mental (l’active), fertilité, gardien, générosité, guérison, imagination, inspiration, intelligence, introspection, justice, lumière, manifestation, patience, peur, pouvoir, protection (en période de transition), sens (vue & ouïe), spiritualité, travail onirique, travail sur soi, tromperie (lutter contre)

Concernant les runes, le deuxième Aett (série de huit runes) du Futhark (Hagalaz, Naudhiz, Isa, Jera, Eihwaiz, Perthro, Algiz, Sowilo) est gouverné par Heimdallr et Mordr, tous deux gardiens des ponts entre les mondes. Pour les curieux·ses, voici ce que les runes liées à ce dieu symbolisent :

  • Raidho  r  : rune de l’ordre, des valeurs, de l’éthique, du mouvement circulaire
  • Kenaz  k  : le feu domestiqué, rune de la connaissance éclairant le monde
  • Gebo  g  : rune du lien entre les mondes
  • Hagalaz  h  : rune du lien magique entre Midgard et Asgard, entre la conscience humaine et les autres mondes
  • Perthro  p  : le destin, la divination, l’oracle, le hasard, apporte la connaissance
  • Algiz  z  : autre rune reliant les hommes et les dieux, mais aussi l’arbre qui relie les monde, plus puissante rune de protection
  • Sowilo  s  : la lumière, le soleil, l’illumination, rune de l’enseignement et des guides
  • Tiwaz  t  : la justice et Yggdrasill, le pilier de l’univers
  • Mannaz  m  : rune de l’humanité, les enfants d’Heimdallr
  • Dagaz  d  : rune de l’aube, du jour qui naît, de l’éveil, manifestation de la lumière
Relief sculpté montrant un homme bras tendus, tenant une corne et une lance et faisant barrage à un montre double formé d’entrelacs.
Détail de la Croix de Gosforth, montrant Heimdall repoussant Fenrir

Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui. N’hésitez pas à partager en commentaire vos propres liens avec une ou plusieurs déités, c’est toujours un grand plaisir de voir d’autres points de vue et d’échanger sur les croyances…

A vendredi prochain pour un nouvel article, dans lequel je vous présenterais la pierre du mois de juillet, le rubis.

Prenez soin de vous et que Mélusine vous garde…

Amélie la sorcière

Sources

  • « L’Edda poétique », Régis Boyer
  • « La mythologie viking », Neil Gaiman
  • « Le grand livre de correspondances », Sandra Kynes
  • Le site Mythologica
  • Article Wikipédia consacré à Heimdallr (et liens associés)
  • Ainsi que mes connaissances non-sourcées et mes expériences personnelles
Fav & Follow si vous avez aimé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.