Préparons le renouveau à Imbolc

Avertissement : Pour tout ce qui concerne Imbolc et les autres grandes fêtes sorcières, je parlerais de « fêtes païennes », de « fêtes saisonnières » ou de « célébrations magiques »,… mais JAMAIS de « sabbat ». La raison est toute simple : le terme sabbat est lié à la culture juive, et l’utiliser pour des célébrations spirituelles n’ayant aucun lien avec le judaïsme (surtout quand on n’est pas soi-même juif·ve), c’est ce qu’on appelle de l’appropriation culturelle. Et sur mon site je m’efforce de ne pas m’adonner à cela, par respect pour les autres cultures et spiritualités.

Le cycle des saisons se poursuit, et alors que l’hiver est bientôt derrière nous, il nous faut préparer l’arrivée imminente du printemps. La nature s’apprête à se réveiller, à se révéler à notre regard, et la Déesse-Mère achève sa gestation…

Tout comme les plantes vont renaître, il est temps pour nous de prendre un nouveau départ, de nous réinventer. Avec cette nouvelle célébration marquant le début d’une nouvelle saison, ensemble préparons le renouveau à Imbolc.

Sur fond gris, un plateau de bois clair est posé sur une tranche de bois. Sur le plateau on peut voir à l'avant onze petites crêpes disposées en demi-cercle, les unes sur les autres, puis en allant vers le fond on trouve des petites améthystes, des rubanes roses et jaunes liés ensemble, un fagot de romarin, une figurine de déesse-mère, un verre de lait, une grosse bougie blanche allumée et un pot de miel. A gauche, derrière le plateau, une lanterne jaune est allumée, et tout derrière on aperçoit une plante verte à petites fleurs blanches.
Petit autel d’Imbolc - @La Tanière de Mélusine

Aux origines…

Il apparaît très compliqué de comprendre d’où vient Imbolc, et force est de constater que les traditions les plus répandues à l’heure actuelle sont assez récente (la croix de Brighid notamment, qui rappelle la Svastika, ne serait venue qu’avec la christianisation, et on ne les voit dans les sources écrites que vers 1689). Les traditions orales et le manque de sources fiables rendent cette fête à la fois mystérieuse et méconnue, si bien qu’elle est sans doute la moins fêtée de toutes les célébrations de la roue des saisons… 

Mais tâchons d’y voir plus clair, en commençant par le nom. Imbolc (que l’on prononce « immolg« ) peut venir du celte « oímelc » (« lait de brebis »), corroboré par le saxon « im melk » (« dans le lait »), et lié au fait que début février les brebis agnèlent (donnent naissance aux agneaux, et donc sont en lactation). Mais Joseph Vendryes a proposé une étymologie par imb- « autour », et folc « laver, baigner, nettoyer », ce qui correspond donc à la symbolique de lustration (grande purification) d’Imbolc. D’autres noms sont aussi donnés à Imbolc, comme Brigantia (autre nom de Brighid), Jours de Brighid, Lupercalia, Candelmas, Fête de la lumière croissante,… ou encore Chandeleur.

C’était, dans tous les cas, une célébration autour de la sortie de l’hiver, probablement liée à un culte de la fécondité, lié lui-même à la déesse Brighid, une Thuata Dé Danann, un roupe de divinités celtiques (dont fait partie Dagda, le père de Brighid). 

Les rares sources décrivent une sorte de festival, mais rien sur le but des rites, ni mêmes ce qu’ils étaient précisément… car il n’y a tout simplement aucun témoignage direct sur la nature originelle d’Imbolc ni sur les rites qui y étaient pratiqués. On sait surtout que c’était une fête pré-chrétienne, sans doute très importante puisqu’elle marquait le début d’une saison (tout comme Beltaine, Mughnasadh et Samhain). Ainsi, pour trouver des traces des rites anciens, il a fallu se tourner vers ce qui a remplacé Imbolc, notamment la Chandeleur (la crêpe étant très utilisée par les païens comme symbole du Soleil). 

Le moment de la fête…

Quand on se renseigne sur Imbolc, on se rend vite compte que non seulement il n’y avait pas de date fixe au départ, mais surtout que c’était plus tard qu’actuellement. Si on se base sur les Lupercalia, ce serait donc le 15 février, vers la Saint Valentin donc. Si on se base sur le fait que chez les celtes c’était la fête liée au début du printemps, on fêterait donc Imbolc plus près d’Ostara (voire à la place d’Ostara, si on considère que chez les celtes Imbolc correspondait davantage à l’équinoxe de printemps).

Mais plus communément, on a tendance à utiliser les dates liées à Sainte Brigitte et à la Chandeleur, à savoir les 1er et 2 février. Libre à vous de choisir un seul des deux jours ou les deux, mais retenez bien que le moment le plus important restera la nuit d’Imbolc, pour la Lune, à savoir la nuit du 1er au 2 février.

Dans la Tanière de Mélusine, on fête ça sur les deux jours : le 1er est consacré au spirituel, c’est pendant cette journée que je confectionne par exemple la croix de Brighid et que je prépare tout le reste pour le soir, tandis que la journée du 2 est consacrée à mes proches (et aux crêpes !).

Tout un symbole…

Vous l’aurez compris, Imbolc c’est la fin de l’hiver et l’arrivée imminente du printemps. La lumière y a donc une très grande place, que ce soit avec des bougies ou par le feu maîtrisé du foyer. Si à Samhain on illumine nos maisons pour chasser l’obscurité et attirer les bons esprits, à Imbolc on chasse le froid et on attire le Soleil, on lui montre qu’on l’attend et qu’on lui a réservé une place de choix dans nos vies.

Et qui dit printemps, dit naissances : à Imbolc, on fête la naissance des agneaux, et par extension la renaissance de la nature. C’est donc une fête qui s’articule également autour de la fertilité et de la fécondité. Ce n’est pas pour rien qu’on y associe Brighid, ou Sainte Brigitte, la patronne des sage-femme en Irlande, et la protectrice des nouveaux-nés. Si vous êtes enceint·e ou que vous venez d’accoucher, c’est donc le bon moment pour attirer sur vous et/ou sur votre enfant la bénédiction de la Déesse-Mère (quel que soit son nom selon vos croyances).

Puisque le feu maîtrisé est aussi le feu créateur, Imbolc revêt aussi une symbolique créative. L’art, en particulier la poésie, a une grande place au cours de cette célébration. 

Enfin, Imbolc c’est la guérison et la purification : on panse nos plaies, physiques ou émotionnelles, et on retrouve notre innocence, notre esprit d’enfant, qui s’émerveille de tout. On prend un nouveau départ si on le souhaite, ou on renouvelle nos engagements.

Les divinités à l’œuvre…

Si elle n’est pas la seule à être liée à cette fête, la déesse mise à l’honneur est bien sûr Brighid (ou Brigid, Bride, ou encore Brigantia), la déesse irlandaise de la guérison, de la forge, de la fertilité, et de la créativité (notamment de la poésie), renommée par les chrétiens en Sainte Brigitte (qui fut la sage-femme de la Vierge Marie) à cause de l’importance de son culte (il a été plus facile de l’intégrer en la renommant que de simplement l’effacer).

A Imbolc, on fête les mères divines. A Rome, on mettait à l’honneur la louve qui éleva, selon la légende, Romulus et Rémus, les fondateurs de la cité antique, lors des Lupercalia (qui avaient lieu autour du 15 février), mais on fêtait aussi Junon. Le 2 février, les égyptiens fêtaient Nout, la voûte céleste qui enfanta les grands dieux dont Isis, Osiris et Seth. Dans la Wicca, on honore la Déesse qui donne à nouveau naissance au Dieu puis redevient vierge, prête à recommencer un nouveau cycle.

Puisque l’on honore la déesse-mère, on peut aussi, selon nos croyances, honorer Hécate (qui est une triple déesse ayant à la fois le visage de la jeune femme, de la mère et de la vieillarde), mais aussi Vesta (qui représente la virginité) et Séléné (la Lune), ou bien encore la Grande Déesse-Mère nordique incarnée par les déesses Freyja, Skadi et Frigg. En ce qui me concerne, c’est ce que j’ai choisi, et j’honore particulièrement Freyja pour sa ressemblance avec Brighid : car cette dernière est, comme sa consoeur nordique, également une déesse liée à la sorcellerie et à ses praticien·ne·s.

Pour les divinités masculines, on va évidemment voir le Roi Chêne sous sa forme d’enfant, le lumineux Lugh qui va grandir à l’image du Soleil qui se fait de plus en plus présent. On voit aussi des dévotions à Eros / Cupidon, Bragi, Dian Cecht, Dumuzi,… selon les croyances et régions. Et par son lien aux Lupercales, le dieux romain Faunus (à ne pas confondre avec le dieu Pan) est aussi de la fête. 

A quoi correspond Imbolc ?

Dans toutes les pratiques de sorcellerie, il est de coutume de lier entre eux les éléments, les fêtes, les divinités, les couleurs, les aliments, les plantes, les intentions, les planètes, les pierres et cristaux,… Ces correspondances aident à choisir avec quoi on peut décorer la maison, l’autel, la table de fête, ou même quels vêtements porter ou quels aliments manger pour être en harmonie avec les énergies du moment.

Pour Imbolc, nous avons donc les correspondances suivantes :

  • Couleurs – Blanc, jaune, rose et vert (+ argent, orange/rouge et violet)
  • Pierres & cristaux – Améthyste & turquoise (+ grenat et onyx)
  • Élément – Terre & Feu (feu maîtrisé, feu intérieur)
  • Encens & huiles – Abricot, basilic, cannelle, glycine, jasmin, musc, myrrhe, œillet, olive, romarin
  • Herbes & plantes – Angélique, basilic, benjoin, bruyère, camomille, cèdre, céréales, laurier, mûrier sauvage, perce-neige platane, prunellier, roseau, saule, sorbier, trèfle
  • Nourriture – Lait, miel, graines de tournesol, plats épicés, et tout ce qui est à base de lait et/ou de miel (et particulièrement les crêpes !)
  • Point cardinal – Nord (hiver, lié à l’élément Terre) & Sud (Brigid, lié à l’élément Feu)
  • Runes – Fehu (feu primordial, mais aussi le sang, et ici la sève qui remonte, lié aussi au bétail), Uruz (la mère, la guérison), Raidho (guérison, mouvement circulaire, confiance en l’avenir), Kenaz (créativité, feu maîtrisé, feu de la forge, illumination), Wunjo (pour aider à réaliser les vœux, utilisée avec Raidho), Jera (représente le cycle des saisons, utile pour amener un changement), Perthro (matrice de la déesse-mère, aide dans le processus d’initiation, à la divination), Berkano (déesse-mère, réincarnation, (re)naissance, purification, nouveaux commencements), Laguz (croissance, fertilité), Ingwaz (fécondité, création), Dagaz (dans son sens de naissance du jour, elle apporte la lumière)
  • Tarot – Le Mat / Le Fou (nouveau départ), Le Bateleur (Arcane I)(créativité), L’Impératrice (Arcane III)(créativité, fertilité, liée à Brigid), L’Etoile (Arcane XVII)(espoir), Le Soleil (Arcane XVIIII)(guérison)
  • Planète – Lune, Saturne & Uranus (+ le Soleil pour la symbolique de la lumière)
  • Zodiaque – Verseau
  • Animaux – Blaireau, cerf, cygne, loup, marmotte, mouton (principalement brebis & agneaux), ours, rouge-gorge (+ animal mythique : le dragon)

Plus globalement, Imbolc c’est le moment de l’année associé à la naissance et aux nouveaux départs, aux engagements. Il est donc encore temps de prendre de nouvelles et bonnes résolutions !

Unique perce-neige en train de s'ouvrir, avec encore de la rosée visible sur la fleur et la tige.
Perce-neige – par Tess Pixy256 sur Pixabay

Un temps pour célébrer…

Les fêtes païennes peuvent être organisées de différentes manières selon la culture et la spiritualité dans laquelle on baigne.

Pour ma part, j’ai tendance à fuir tout ce qui est trop codifié, alors ici vous ne trouverez que très peu de prières toutes faites, ou de rituels à suivre à la lettre. Ma pratique est intuitive et ne repose pas sur des bases strictes : il y a des règles générales à suivre pour ne pas avoir un comportement malsain (comme ne pas blesser sciemment autrui), mais les codes m’étouffent et nuisent à ma propre harmonie.

Aussi, ce que je vais vous proposer ici ce sont des activités diverses et variées qui font écho à la symbolique de Imbolc : purification, guérison et nouveaux départs

Activités à l’extérieur

  • Si vous avez un jardin, vous pouvez commencer à le préparer : nettoyez, délimitez les zones, préparer vos graines, imaginez ce que vous voulez,…
  • Promenez-vous et observez la nature. Cherchez les signes de sa renaissance. Activité à faire en famille, surtout avec les enfants !
  • Ecoutez le silence. Prenez un moment pour simplement vous laisser envahir par la nature silencieuse qui est en train de renaître.
  • Suivez le cycle solaire : observez le lever du Soleil et son coucher.
  • Et entre les deux : prenez un bain de Soleil, ça vous fera du bien après la grisaille de l’hiver…
  • Si vous le pouvez, et en respectant les règles de sécurité : faites un feu et profitez de sa chaleur. Réunissez-vous avec vos proches et faites-vous rire (comme des enfants).
  • Si vous avez encore de la neige, retrouvez votre âme d’enfant en jouant avec vos proches !
  • Si vous avez des enfants, organisez une sortie éducative (mais toujours ludique). 

Activités à l’intérieur

  • Initiez le grand ménage de printemps : lavez, dégraissez, aérez en grand, faites briller votre intérieur.
  • Profitez-en pour faire du tri, et donnez ce dont vous n’avez plus besoin (ou vendez, si vous avez besoin d’argent). faites plaisir autour de vous.
  • Créez ! N’hésitez pas à sortir de votre zone de confort en vous initiant à un art que vous ne connaissez pas. 
  • Si vous faites du Yoga et que vous vous sentez capable de le faire : faites une Salutation au Soleil.
  • Fabriquez des bougies…
  • … et allumez-les !
  • Prenez soin de vous, offrez-vous un moment cocooning pour vous rebooster et renouveler votre énergie.
  • Préparez de nouveaux projets.
  • Cuisinez, principalement à base de lait (de brebis ou de chèvre si vous le pouvez). Evidemment, les végé/vegans peuvent le faire avec des laits végétaux ! La crêpe est à l’honneur, et si vous y croyez, n’oubliez pas de faire sauter la première crêpe pour assurer bonne fortune à votre foyer pour l’année à venir.
  • Si vous avez des enfants, jouez avec elleux. Organisez des petits ateliers DIY, en leur faisant confectionner des Soleil par exemple…
  • Décorez votre maison avec tout ce qui fait penser au printemps, dans les tons jaune, rose, vert tendre et avec des fleurs blanches.
  • Prenez de nouvelles résolutions ou renouvelez des engagements anciens.

Activités spirituelles & magiques

  • Purifiez votre maison
  • Prenez un bain ou une douche pour vous purifier
  • Méditez sur la symbolique de Imbolc
  • Fabriquez des talismans de guérison
  • Consacrez vos bougies pour l’année sous la Lune d’Imbolc (peu importe sa phase). Pensez à mettre un réveil pour tout rentrer avant que le Soleil ne se lève !
  • De la même manière, purifiez et chargez vos outils magiques (attention avec les pierres et métaux qui craignent l’eau/’humidité)
  • Vous pouvez faire de la divination atour des bougies (avec la flamme, la fumée, la cire qui coule)
  • Le moment est propice pour tous les rituels/sorts de guérison, de purification, de fertilité et d’initiation, ainsi que pour les bénédictions
  • Vous pouvez fabriquez une baguette agrémentée de rubans et d’une clochette (pour la faire sonner dehors afin de réveiller la nature) ou avec des glands
  • Vous pouvez tisser une croix de Brighid avec du jonc, des roseaux, de la paille ou même avec du papier dans les couleurs de Imbolc (c’est ce que je vais faire cette année, faute de jonc à disposition)
  • Vous pouvez confectionner une poupée à dévotion, avec de la paille et/ou des brindilles. Vous pouvez l’habiller aux couleurs de Brighid (vert, blanc et rouge)
  • Vous pouvez réaliser le manteau de Brighid*
  • Vous pouvez faire des rubans de bénédiction**

*A propos du manteau de Brighid : placez un vêtement, une écharpe, un bout de tissu,… dehors sous la Lune de Imbolc et demandez la bénédiction de la déesse pour apporter à l’étoffe un pouvoir de guérison. Retirez-le avant le lever du Soleil. Chaque fois que vous allez mal, physiquement ou émotionnellement, vous pouvez vous frotter avec pour éloigner le mal (ou du moins, vous aider à le supporter, comme toujours rien ne remplace un suivi médical !). Il peut aussi être utilisé en prévention. Les sage-femme irlandaises l’utilisent encore parfois pour soulager les douleurs de l’accouchement (en le posant sur le ventre ou atour de la tête de la personne qui accouche). A noter que vous pouvez réutiliser le même tissu chaque année, son pouvoir en sera renforcé.

**Pour les rubans de bénédiction : seul·e ou en groupe, réfléchissez à des bénédictions, pour vous-même ou pour autrui. Choisissez des rubans dans la couleur de votre intention, et écrivez-y votre bénédiction, à la lumière d’une bougie. Trouvez des éléments liés à chaque intention et accrochez-les aux rubans. Enfin, attachez les rubans à un arbre de votre jardin ou offrez-les aux personnes à qui vous les destinez.

Evidemment, pour tous les rituels de confection, il va de soi que vous devez toujours avoir en tête, du début à la fin, les symboliques de Imbolc. C’est une fête très spirituelle.

Imbolc dans La tanière de Mélusine…

A l’heure où j’écris cet article, je suis en pleine effervescence. Préparer Imbolc est devenue une chose très importante pour moi, et pour cause : Imbolc est la toute première célébration païenne que j’ai fêté.

La notion de renouveau y a pris tout son sens, lorsque pour la première fois je demandais à Freyja de me guider, et à Brighid de bénir un petit foulard que j’avais reçu en cadeau de la part d’une personne très spirituelle. Pour la première fois de ma vie, je faisais quelque chose qui avait vraiment du sens pour moi. Pour la première fois, je n’avait aucun doute quant à mes capacités et compétences. J’étais dans ce que je faisais et j’y croyais, sans avoir besoin de l’approbation de mes proches. J’étais moi.

Et cette année, Imbolc devient encore plus chargé symboliquement : depuis quelques mois, avec mon compagnon nous essayons de faire un enfant. Aussi, lors de la nuit du 1er au 2 février, je vais très certainement avoir un long échange, silencieux mais chargé d’intentions fortes, avec la Lune et Freyja… et qui sait, peut être que l’année prochaine, une autre partie de la symbolique de Imbolc viendra compléter ce cycle infini…

Sur fond gris et sur une tranche de bois brute, est posé une autre tranche de bois gravée du Vegvisir entouré du Futhark. Dessus sont posés : un petit amas d'améthyste, une figurine de déesse-mère, des petites améthystes roulées, un bracelet de perles rondes d'améthyste, un collier en éclats d'améthyste, et des fleurs séchées d'orchidée violette. Sur la plus grosse tranche de bois, sont posés deux colliers : un rond en métal, vert, gravé d'un soleil, et un pendentif en point d'améthyste.
Petit autel dédié à la Déesse - @La Tanière de Mélusine

Et voilà, c’est la fin de cet article… J’espère qu’il vous aura plu, et si vous êtes arrivé·e·s jusqu’ici, je vous souhaite une agréable célébration de Imbolc, soyez béni·e·s et recevez tout ce dont vous avez besoin !

A vendredi prochain pour un nouvel article, dans lequel je vous présenterais un magnifique Tarot que j’ai reçu il y a quelques semaines et que je suis impatiente de vous faire découvrir.

Prenez soin de vous et que Mélusine vous garde…

Amélie la sorcière

Sources

Fav & Follow si vous avez aimé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.