Pierre du mois #2 – Décembre : La Turquoise

Cet hiver 2020 n’est facile pour personne et le contexte actuel influe sur nos états-d’âme. Et tandis que le stress et la colère nous envahissent, la paix du lâcher-prise nous semble inaccessible… Mais notre planète a une alliée à nous offrir avec la turquoise !

Telle un guide protecteur, cette pierre éloigne les mauvaises ondes et équilibre nos vies… Ce n’est sans doute pas pour rien qu’elle est liée au mois de Décembre ! Cette semaine, je vous invite donc à découvrir les pouvoirs de la turquoise, dans ce deuxième article sur la lithothérapie.

Pierre turquoise roulée, bleu avec des rainures noires, posée sur une roche non-identifiable
Photo de pasja1000 – sur Pixabay
Avertissement : la lithothérapie ne peut remplacer un suivi médical ou psychologique professionnel. C'est une aide palliative, un soutien, mais en aucun cas un médicament ni un traitement miracle. De plus, les énergies des pierres sont subtiles et leur efficacité dépendant de notre propre énergie, les résultats ne peuvent être garantis ni égaux d'une personne à l'autre. Cette démarche doit être effectuée en toute conscience des limites de la lithothérapie et de nos propres limites.

Carte d’identité de la Turquoise

Composition chimique : CuAl6(PO4)4(OH)8·4H2O (il s’agit de phosphate basique hydraté d’aluminium et de cuivre)

Catégorie : phosphates (ce qui n’est pas fréquent pour les minéraux)

Dureté : 5-6

Densité : 2,6-2,9

Système cristallin : triclinique

Formation : sédimentaire (pierre dite amorphe)

Couleur du trait : blanc légèrement bleuté

Gisements / provenance : Afghanistan, Australie, Chine*, Égypte, États-Unis*, France, Iran, Israël, Mexique, Pérou, Pologne, Russie, Tanzanie, Tibet (* : plus grandes sources à l’heure actuelle)

Couleur : bleu, bleu vert, vert, vert gris, bleu pâle

Signes du zodiaque : Scorpion, Sagittaire, Poissons

Numérologie : 1

Planète / astre : Jupiter, Vénus, Neptune

Élément : Air (parfois associée à l’eau comme beaucoup de pierres bleues, plus rarement au feu – notamment chez les Aztèques dont le dieu du feu était nommé « Maître de la turquoise« )

Centres énergétiques (chakras) : Gorge et troisième œil, mais peut aider à équilibrer également le sacrum, le plexus solaire et le cœur.

Gros plan sur une turquoise de couleur verte, et ayant beaucoup de rainures noirâtres
"Turquoise" by Kotomi_ - sur flickr

Origine & formation de la Turquoise

La turquoise est une roche sédimentaire qui se forme en surface, jusqu’à 20 mètres de profondeur environ. Elle a donc toujours été facilement extraite depuis des millénaires. Cette pierre se forme le mieux dans des zones arides et sèches : l’infiltration de l’eau de pluie, l’érosion et l’oxydation des minéraux préexistants libèrent le phosphore, l’aluminium et le cuivre (plus rare) se combinent pour former la turquoise, qui se dépose sur la roche et dans les fissures. Pour cela, la turquoise se trouve généralement en fine couche dépassant rarement 2 cm d’épaisseur. On trouve souvent la turquoise dans les mines de cuivres, notamment aux États-Unis. 

À noter qu’il se peut que la turquoise se forme mélangée à la « roche-mère », qu’elle remplace alors en partie. Mais dans ce cas il est ardu d’isoler la turquoise pure, qui présente alors des traces de matrice, brunes et plus ou moins importantes. 

Ne formant presque jamais de cristaux, la turquoise se présente sous forme massive, parfois en nodules. Sa qualité varie selon sa formation et son origine, ainsi que selon sa dureté (de 5 à 6), de sa porosité et bien sûr de sa couleur. Celle-ci varie elle-même en fonction des différentes inclusions d’éléments qui composent la pierre : le bleu vient du cuivre, tandis que le vert proviendrait du fer qui peut parfois remplacer des atomes d’aluminium, mais cette teinte peut aussi être causée par la déshydratation de la pierre (il suffit d’une perte de 20% de sa teneur en eau). 

De par sa sensibilité à de nombreux facteurs (soleil, acidité, transpiration,…), la couleur change avec le temps pour pâlir est passer au verdâtre, au jaunâtre ou même brunir. Aussi, très vite les producteur·rice·s de turquoise ont cherché à stabiliser cette pierre et à renforcer sa dureté (voir à la fin de l’article).

Différentes qualités de Turquoise

Depuis les débuts de son exploitation jusqu’à nos jours, on peut distinguer trois qualités parmi les turquoises dites naturelles.

Le Premier choix concerne les pierres d’un bleu soutenu et uniforme, sans inclusion de matrice. On trouve dans cette catégorie LA référence : la Turquoise de Perse (Iran) ou « Persian Turquoise », dont le nom est utilisé en tant que label de qualité. Ce type de turquoise est plus dur et moins poreux que les autres, permettant un meilleur rendu au polissage. On trouve des turquoises de cette qualité aux États-Unis, dont la célèbre « Sleeping Beauty », dont les prix sont de plus en plus élevés puisque la mine en Arizona a fermé en 2012. 

Le Deuxième choix désigne les pierres au bleu plus pâle et qui sont visuellement moins homogènes. Il peut y avoir des zones plus pâles ou plus sombres, mais toujours peu de taches brunes issues de la roche-mère. La pierre sera moins dure et perdra de son éclat après polissage. 

Le Troisième choix concerne principalement les pierres verdâtres pouvant présenter les traces brunes de matrice. Les turquoise naturelles de Chine et du Tibet, ainsi qu’une partie de celles provenant des États-Unis (notamment Nevada) sont dans cette catégorie. A noter qu’on trouve aussi des pierres bleu très pâle (avec ou sans inclusions sombres) dans cette catégorie.

Un peu d’histoire

La turquoise est, avec le lapis-lazuli, une des pierres les plus anciennes et prestigieuses : déjà en 6000 avant notre ère, les égyptiens l’exploitaient dans le Sinaï. Bien que provenant d’Iran, son nom vient de Turquie, d’où elle était importée dès le XVIIe siècle : turquoise signifierait tout simplement « pierre de Turquie ».

En Égypte, la turquoise était liée à la déesse Hathor (dont un ancien temple se situait à 4km des mines de turquoise) et cette pierre ornait le masque funéraire de Toutankhamon. On la trouve aussi sur les bracelets des momies.

En Perse (Iran), la turquoise servait de monnaie d’échange lors des trocs de marchandises.

Dans la Bible, il est dit que le pectoral du grand prêtre Aaron était orné de turquoise.

Au Tibet, on s’en sert pour fabriquer les 108 perles de certains malas (colliers servant à la récitation des mantras, similaires aux chapelets chrétiens dans leur usage) et pour honorer les déesses Tara et Dolma. La turquoise y est aussi utilisée pour ses vertus médicinales et dans l’art.

En Amérique, la turquoise était vénérée, par les Mayas et les Aztèques (qui la pensaient trop puissante pour être portée par les humains, et la réservaient donc aux divinités), ainsi que dans le sud-ouest de l’Amérique du Nord par les tribus Zuni, Hopi, Pueblo, Apache (qui la vénéraient pour le fait qu’elle représentait l’alliance de la terre et du ciel et qu’elle protégeait et guidait guerriers et chasseurs) et Navajo (qui considéraient que la turquoise était un morceau du ciel). La turquoise de Cerrillos (Nouveau-Mexique) est d’ailleurs exportée vers l’Amérique centrale depuis 700 ap. J.-C.

Bien que connue et importée depuis l’Antiquité (Pline l’Ancien en parle sous le terme de Callaïs), c’est au cours de la Renaissance que la turquoise se fait vraiment connaître en Europe et s’y répand petit à petit. De nos jours, elle est encore très prisée dans l’orfèvrerie et la bijouterie.

Propriétés de la Turquoise

La turquoise est réputée pour avoir une énergie douce et absorbante, et elle est considérée comme une pierre exceptionnelle pour la guérison et la protection, que ce soit en Perse (Iran), en Égypte ou au Tibet, et ce depuis l’Antiquité. C’est la pierre des voyageurs et des guerriers, nommée en persan « pirouzeh« , c’est à dire « victoire ». En Inde et au Tibet, ses vertus médicinales sont même officiellement reconnues dans les ouvrages médicaux rédigés en sanskrit.

L’énergie de la turquoise s’exprime différemment des autres pierres de protection (telles que la tourmaline ou l’œil de tigre) : elle agit en nous protégeant de tout ce qui peut polluer tant le corps que l’esprit, en absorbant toutes les énergies pathogènes.  Et en absorbant tout ce qui nous est nocif, elle permet de conserver un équilibre entre « les forces du ciel et de la terre », comme l’expliquaient les peuples anciens. La turquoise permet donc de s’adapter aux changements de l’environnement, sur tous les plans. 

La turquoise est bien pour tout le monde, adultes comme enfants.

Sur le plan physique

La turquoise est donc un excellent régulateur de l’organisme. Elle aide notamment à neutraliser l’acidité et agit donc bien sur les crampes d’estomac lorsqu’elle est placée sur le plexus solaire.

La turquoise est généralement conseillée pour tous les états aigus ou de crise (lumbago, blocage articulaire soudain, douleur aiguë, fièvre intense). Elle est à la fois analgésique, antispasmodique et aide à détoxifier. 

En cas de problèmes liés à la gorge (inflammations notamment), elle peut être posée directement sur la zone. C’est par ailleurs l’alliée idéale des personnes qui fument beaucoup. 

C’est également une bonne pierre pour les problèmes des yeux (là encore, l’action se fait en contact direct avec la zone à traiter).

Par ailleurs, la turquoise renforce les méridiens corporels et nos propres champs énergétiques.

Sur le plan psychique

La turquoise est l’alliée de la sagesse, qu’elle favorise pour aider à s’adapter et à trouver un équilibre dans chaque situation. De part sa richesse en cuivre et en aluminium, cette pierre tempère les sautes d’humeur. Elle procure donc ce que les bouddhistes nomment « équanimité », aussi la turquoise tibétaine est la plus adaptée pour cette fonction précise.

Faisant le lien entre la terre et le ciel, la turquoise est également un puissant conduit énergétique et permet à l’âme, en la libérant de tout ce qui la pollue, de s’exprimer librement. Cette pierre est très utile spirituellement (d’où son lien avec le troisième œil) et favorise la communication entre le monde physique et le monde spirituel.

La turquoise permet également d’augmenter l’empathie tout en apaisant toutes formes de colère. Elle favorise le développement personnel vers l’épanouissement. Placée près de la gorge, elle aide au lâcher-prise (et vu le contexte actuel, ça ne peut pas faire de mal). Par cette action calmante, la turquoise contribue à renforcer la confiance en soi, et permet de lutter contre la fatigue et le stress.

Utilisée sur le troisième œil, elle augmente l’intuition et aide à renforcer les travaux méditatifs. 

La turquoise est aussi réputée pour être la pierre de l’amour et de l’amitié, qu’elle renforce lorsqu’elle est placée près du cœur. Enfin, se voir offrir une turquoise apporterait chance et paix… 

Pendentif en turquoise taillée en goutte. La pierre est bleu intense avec une tache sombre et des rainures noires.
"Big teardrop turquoise necklace" by Amelia Isa – sur flickr

Conseils divers

Bien entendu, la grande sensibilité de la turquoise n’est pas sans conséquences pour elle, c’est donc une pierre très fragile ! Car non seulement elle absorbe les énergies nocives sans les détruire (donc elle finit par se charger négativement elle-même), mais en plus elle sacrifie sa propre énergie pour nous. 

Ainsi, il n’est pas rare qu’une turquoise dont on ne prend pas correctement soin pâlisse voire jaunisse, ou même devienne complètement brune. Une turquoise bien entretenue pourra donc conserver son énergie et continuer à nous rendre de grands services. D’autant plus si vous avez la chance de trouver de la véritable turquoise naturelle, c’est à dire non-stabilisée (voir plus bas dans « traitements & imitations »).

Entretien de la Turquoise

La turquoise craint fortement le soleil et la lumière directe en général (et par extension la chaleur) : cela peut la déshydrater et ainsi la verdir.

Il faut également bien veiller à ne pas la laisser en contact avec des agents chimiques comme ceux qu’on trouve dans les crèmes, huiles, parfums, laques, et autres cosmétiques non-naturels. Mais il en va de même avec la transpiration importante (à cause de son acidité). 

Il faut évidemment la purifier très régulièrement, de préférence avec une eau de source ou une eau filtrée (de fait, vérifiez la composition de l’eau du robinet avant de l’utiliser, même filtrée, car si elle contient des produits comme le chlore, cela pourrait grandement abîmer votre pierre). Cette purification vaut aussi bien pour la nettoyer que pour l’hydrater, c’est donc une étape à ne surtout pas négliger.

Enfin, il faudra aussi souvent la recharger sur un amas ou une géode de cristal, puisque sa propre énergie peut vite s’épuiser.

Traitements & imitations de la Turquoise

Il est bon à savoir que la turquoise est la pierre qui subit le plus de traitements et d’imitations. Il est donc très difficile de pouvoir en trouver qui soient vraiment naturelles et de bonne qualité, peu importe son format et son utilisation. 

La porosité de la turquoise la rend facile à teindre, et sa dureté ainsi que son indice de réfraction sont semblables à ceux du verre, ce qui peut permettre de les confondre.

Il existe quatre traitements possibles à la turquoise :

  • Huilage & cirage : procédés traditionnels et anciens, pour avant tout lustrer la pierre. Ce sont les moins nocifs, ils n’altèrent pas ses propriétés énergétiques. Les pierres ainsi traitées suintent lorsqu’elles sont exposées à la chaleur, et elles peuvent développer une pellicule blanche en surface. 
  • Stabilisation : imprégnation par trempage dans un bain de résine époxy (ou autre plastique), ou bien par pression dans les pores de la turquoise. Traitement permanent concernant environ 97% des turquoises actuellement sur le marché. Il existe d’autres méthodes de stabilisation comme le procédé « Zachery » (du nom de l’inventeur) n’utilisant aucun produit et agissant au niveau de la structure microcristalline. La plupart de ces techniques sont tenues secrètes par leurs inventeur·rice·s.
  • Reconstitution : la turquoise de basse qualité est réduite en poudre, puis mélangée à des résines synthétiques. L’ensemble est ensuite teinté et aggloméré par une colle. Vous vous en doutez, si vous recherchez de la turquoise pour ses valeurs énergétiques, ce genre de produit est à éviter…
  • Teinture : celle-ci peut être ajoutée à toutes les pratiques précédentes.

Il existe également de la turquoise synthétique : Pierre Gilson a créé, en 1972, une turquoise de synthèse reproduisant tous les aspects physiques et chimiques de la turquoise naturelle, jusqu’aux lignes noires caractéristiques de certaines pierres du Nevada. La turquoise du Tibet est également bien reproduite par ce procédé.

Enfin, un mot sur les imitations : sachez qu’on retrouve assez souvent sous le nom de turquoise d’autres pierres telles que la howlite ou la magnésite teintées en bleu. Ces pierres sont aussi parfois vendues comme étant de la « turquenite ». On peut les distinguer de la vraie turquoise en observant leur dureté (inférieure, de 3 à 4). Il existe également des imitations en verre ou en plastique teintés.

Le mot de la fin…

La sensibilité et la fragilité de la turquoise ont donc vite poussé à la stabilisation de la pierre, rendant très difficile de se procurer de la turquoise entièrement naturelle. Cette appellation étant aujourd’hui utilisée tout autant pour ces turquoises que pour leurs versions stabilisées mais non-teintées, il est très ardu de les différencier sans les instruments adéquats. Ainsi, si vous avez la chance de trouver une turquoise 100% naturelle, prenez en grand soin et appréciez à sa juste valeur sa rareté si précieuse !

Pour conclure, selon Gérard Cazals, le message de la turquoise est le suivant : “La vie de l’être humain, entre ciel et terre, dépend d’un bon équilibre entre ces deux forces : reliée aux forces de la terre, elle sera naturelle et saine, reliée aux forces de l’esprit elle sera sage et inspirée.“

Je vous laisse sur cette réflexion… Vous pouvez aussi consulter le premier article de ma série sur les pierres du mois : la Citrine.

A vendredi prochain pour un nouvel article, qui sera consacré à Yule, la célébration du solstice d’hiver !

D’ici là, prenez soin de vous et que Mélusine vous garde…

Amélie la sorcière

Sources

  • La Quintessence des Pierres, 56 pierres au cœur de notre vie” de Gérard Cazals
  • Encyclopédie des cristaux” de Judy Hall
  • Le site France Minéraux
  • Ma formation de Conseillère en Lithothérapie, ainsi que les connaissances que j’ai glané au fil des années
  • Article Wikipédia sur la Turquoise
Fav & Follow si vous avez aimé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.